Népal : les partis népalais se mettent d&#39accord pour les élections de l&#39Assemblée constituante

26 juillet 2007

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Népal, Ian Martin, a affirmé cet après-midi, à New York, que les partis népalais s&#39étaient mis d&#39accord pour l&#39organisation des élections à l&#39Assemblée constituante prévues le 22 novembre, après de nombreux reports.

Ian Martin, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à l'issue d'un exposé devant le Conseil de sécurité, a précisé que la préparation technique était en cours et que les lois nécessaires avaient été votées par la législature assurant actuellement l'intérim.

Le Chef de la Mission des Nations Unies au Népal (MINUNEP) a néanmoins souligné que des défis considérables subsistaient, en particulier pour créer un climat politique et sécuritaire propice au déroulement du scrutin (sur le dernier rapport du Secrétaire général dépêche du 24.07.2007).

Créée en janvier 2007 en tant que mission politique spéciale, la MINUNEP a pour mandat de surveiller la gestion des armements et du personnel armé du Parti communiste népalais maoïste (PCN-M) et de l'armée népalaise, de faciliter la surveillance de l'application du cessez-le-feu, d'apporter un appui technique au déroulement de l'élection d'une assemblée constituante dans un climat de liberté et d'impartialité et de constituer une petite équipe d'observateurs électoraux, rappelle un communiqué publié à New York.

« Bien que le processus de paix au Népal ait commencé avec le seul objectif de mettre fin au conflit armé entre les Maoïstes et le pouvoir, celui-ci est devenu plus complexe lorsque des groupes traditionnellement marginalisés ont insisté pour être équitablement représentés dans les opérations électorales », a observé M. Martin.

Il a précisé que dans la région du Teraï, le long de la frontière avec l'Inde, en proie à des violences de la part de groupes armés et de campagnes menées par des militants madhesi, un dialogue avait pu être lancé cette semaine pour mettre un terme aux heurts. « Le succès de ces efforts est essentiel à la tenue d'élections dans cette région très peuplée », a-t-il affirmé.

D'autres groupes, tels les Janajati et les Danit, placés en bas de l'échelle du système des castes, ainsi que les femmes, plaident en faveur d'une représentation électorale entièrement proportionnelle, a ajouté le Représentant spécial.

Les partis politiques ont toutefois conçu un système mixte assez complexe, comprenant une formule de quotas afin de garantir la représentation de ces groupes et des femmes. « Le dialogue doit se poursuivre pour s'assurer que le système électoral fonctionne de manière équitable », a déclaré Ian Martin.

Selon ce dernier, la situation en matière de sécurité dans le pays doit être réglée grâce à une coopération entre les partis politiques au niveau local.

Il a indiqué que le gouvernement et la Commission électorale cherchaient à donner tout son poids à la présence internationale lors du scrutin et avaient invité autant d'observateurs internationaux que possible. Les Nations Unies étendent leur présence, mais le déploiement ne sera complet qu'après la fin de la saison de la mousson, c'est-à-dire en septembre, a-t-il expliqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.