Le HCR déplore l&#39expulsion de 135 Iraquiens par la Turquie

26 juillet 2007

L&#39agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a déploré les informations selon lesquelles les autorités turques ont expulsé 135 Iraquiens vers leur pays, en début de semaine, alors qu&#39on ne sait toujours pas où ils se trouvent à l&#39heure actuelle.

« Certains parmi eux auraient fait connaître leur souhait de demander l'asile en Turquie. Vu la situation actuelle en Iraq, le Haut Commissariat est extrêmement préoccupé quant à la sécurité de ces personnes », indique un communiqué publié aujourd'hui

« Ces 135 personnes ont été arrêtées à Urla, près d'Izmir, au début du mois. Elles faisaient partie d'un groupe de 500 personnes, pour la plupart des Iraquiens, des Palestiniens, des Sri-Lankais et des Afghans qui allaient quitter la Turquie irrégulièrement ».

Le HCR a noté que certaines des personnes expulsées avaient fait une demande d'asile. Si cela est confirmé, les expulsions seraient sans conteste une violation du principe de non-refoulement, selon lequel aucun réfugié ou demandeur d'asile, dont le cas n'a pas encore été correctement évalué, ne peut être contraint de retourner dans un pays où sa vie ou sa liberté peut être en danger, souligne l'agence.

« Le refoulement est explicitement interdit par la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés et il est également contraire au droit coutumier international ».

Le HCR a demandé une clarification urgente au gouvernement turc sur les évènements qui ont conduit à ces expulsions, et toute autre information sur le sort des personnes expulsées.

Il a également demandé des assurances selon lesquelles, à l'avenir, les personnes ayant besoin de protection internationale seront traitées par la Turquie dans le plein respect des lois internationales et des obligations légales nationales.

Parallèlement, le HCR demande au gouvernement turc d'entamer une procédure d'asile pour les autres personnes de ce groupe qui ont exprimé des craintes quant à leur retour vers leur pays d'origine. Il est heureux que le gouvernement de Turquie ait accepté de mener une procédure initiale conjointe de sélection avec lui pour identifier les personnes de ce groupe qui souhaiteraient demander l'asile.

L'agence précise par ailleurs que le 18 décembre 2006, elle avait publié un avis consultatif sur les besoins de protection internationale des Iraquiens hors d'Iraq, communiquée au ministère des Affaires étrangères de la République de Turquie ».

Dans cet avis consultatif, le HCR notait que la situation générale en Iraq peut être caractérisée par des violences généralisées et comme l'une de celles où les violations massives et ciblées des droits de l'homme sont des plus courantes.

Au vu de cette situation, le Haut Commissariat avait recommandé qu'aucun Iraquien originaire du sud ou du centre de l'Iraq ne soit contraint de retourner en Iraq tant qu'une amélioration conséquente de la situation sécuritaire et des droits de l'homme ne prévaudrait pas dans le pays.

Le HCR, en particulier, déconseillait les retours vers les trois gouvernorats du Nord (Sulaymaniyeh, Erbil et Dohuk) de personnes qui n'en sont pas originaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.