Le fossé technologique entre pays doit être comblé pour réduire la pauvreté

19 juillet 2007

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a présenté ce matin son Rapport 2007 sur les pays les moins avancés, estimant fondamental de combler le fossé technologique afin de combattre la pauvreté.

Les 50 pays les moins avancés du monde (PMA), dont 31 sont situés en Afrique, ne pourront pas atteindre le niveau de croissance économique nécessaire pour réduire la pauvreté si les entreprises et exploitations agricoles nationales ne peuvent pas acquérir les connaissances et les technologies qui leur permettront de rattraper leur retard par rapport au reste du monde, indique le rapport qui a pour thème cette année « Savoir, apprentissage technologique et innovation ».

Lors d'une conférence de presse au Siège des Nations Unies à New York, Calestous Juma, spécialiste mondialement reconnu du développement international et professeur à l'Université de Harvard, a expliqué qu'après avoir mis l'accent sur l'éducation de base en Afrique, il était grand temps d'axer les programmes de formation sur la recherche universitaire et le développement scientifique et technologique.

Si les PMA ne peuvent prétendre être aux avant-postes de la technologie, l'introduction par le biais du commerce de produits ou de procédés nouveaux pour un pays ou une entreprise est cependant une source d'innovation extrêmement importante, souligne le rapport.

« Cette forme d'innovation est au c?ur de la diversification économique et de l'accroissement de la productivité », a affirmé Calestous Juma, qui plaide depuis longtemps pour l'application des sciences et des technologies au développement durable.

Le rapport indique que l'on considère généralement qu'une plus grande ouverture au commerce international et aux investissements est un moyen pour les pays en développement d'avoir accès à de nouvelles technologies.

Mais la protection rigoureuse de la propriété intellectuelle freine les progrès technologiques dans les pays les plus pauvres. Les PMA et leurs partenaires pour le développement technologique devraient donc avoir recours à de nouveaux mécanismes pour promouvoir les progrès technologiques.

La CNUCED a déclaré qu'il n'était pas réaliste, à la lumière des tendances actuelles, de s'attendre à ce que la plupart de ces pays puissent se doter d'une base technologique solide et viable d'ici à 2013, qui est l'échéance désormais fixée pour leur mise en conformité avec les normes internationales.

Les régimes de propriété intellectuelle doivent être adaptés aux besoins et conditions propres à ces pays, indique le rapport, sous peine de voir leur développement économique entravé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.