L&#39ONU a besoin de 38 millions de dollars pour les victimes des inondations au Pakistan

18 juillet 2007

Les Nations Unies ont lancé un Appel d&#39urgence de 38 millions de dollars afin de venir en aide aux centaines de milliers de personnes qui luttent pour leur survie dans le sud-ouest du Pakistan, après les inondations provoquées par le passage du cyclone Yemyin sur le Balouchistan et le Sindh à la fin du mois de juin.

« Les agences de l'ONU et les organisations non gouvernementales (ONG) travaillent étroitement avec les autorités pakistanaises pour apporter une aide d'urgence à ceux touchés par la catastrophe », a assuré John Holmes, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur de l'aide d'urgence de l'Organisation, dans un communiqué publié à Genève.

Il a exhorté le monde à répondre urgemment et généreusement à cet appel. « Si nous n'agissons pas rapidement, leur situation de détresse pourrait encore empirer », a-t-il prévenu.

Environ 2,5 millions de personnes ont été touchées par les inondations qui ont succédé au passage durant quatre jours de pluies cycloniques responsables de la mort de 296 personnes, de la disparition de 195 autres et du déplacement de 377.000 individus.

« La communauté humanitaire s'en remet aux donateurs internationaux pour financer cet Appel d'urgence afin de garantir que les conséquences de cette catastrophe soient contenues, et que les plus faibles reçoivent l'aide dont ils ont besoin », a déclaré Jan Vandemoortele, Coordonnateur résident des Nations unies au Pakistan.

« Le cyclone a touché l'une des parties les plus pauvres du Pakistan ; les besoins et le défis à relever sont immenses », a-t-il insisté.

Les projets que l'Appel d'urgence devrait financer consistent notamment à apporter de l'aide d'urgence pour les trois prochains mois aux victimes, en se concentrant sur les besoins en refuge, en eau et en assainissement, ainsi que sur les questions de santé, de sécurité alimentaire et les activités de rétablissement.

Si certains ont pu trouver refuge chez des amis ou des membres de leur famille, d'autres vivent dans des écoles ou dans des refuges improvisés au bord des routes, souffrant d'une chaleur caniculaire et de tempête de poussière, dans un grave dénuement.

Il existe un besoin urgent en refuges d'urgence pour la population qui puissent par la suite être utilisés pour reconstruire les maisons.

Les dégâts sur les systèmes d'approvisionnement en eau et d'assainissement ont entraîné de graves pénuries en eau potable.

« Un accès approprié aux équipements sanitaires et à l'hygiène évitera de possibles épidémies », souligne aussi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), qui affirme qu'un soutien doit aussi être fourni afin que les populations les plus vulnérables puissent bénéficier des soins de santé et des services de base.

Les récoltes, les réserves en nourriture et le bétail ont aussi été gravement touchés, ce qui place ces régions en état d'insécurité alimentaire. Des mesures doivent être prises afin de prévenir la malnutrition.

En effet, la plus grande partie de la population dépend de son travail à la ferme pour vivre, notamment de son bétail. Des actions rapides de reconstruction doivent être lancées dès maintenant pour aider les communautés touchées à reprendre leurs activités normales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.