FAO : 28 pays risquent des pénuries alimentaires

17 juillet 2007

Le ralentissement escompté de la croissance de la production céréalière dans les pays à faible revenu et à déficit vivrier (PFRDV), allié à la persistance de prix d&#39exportation élevés, pourrait créer une pénurie alimentaire pour ces pays durant l&#39année à venir, selon un rapport de l&#39Organisation des Nations Unies pour l&#39alimentation et l&#39agriculture (FAO).

Après quatre années consécutives de croissance relativement soutenue, la production céréalière des PFRDV devrait augmenter d'un peu plus dƇ% en 2007, soit un niveau inférieur au taux de croissance démographique, estime le rapport, intitulé Perspectives de récoltes et Situation alimentaire.

Mais si l'on exclut les plus gros producteurs (Chine et Inde), la production céréalière du reste des PFRDV devrait reculer légèrement par rapport à l'an dernier, explique un communiqué publié à Rome.

En Afrique du Nord, la récolte céréalière du Maroc, dévastée par la sécheresse, est estimée à un quart du niveau de celle de l'an dernier. En Afrique australe, les résultats de la campagne principale sont mitigés avec des récoltes fortement réduites au Zimbabwe, en Namibie, au Lesotho et au Swaziland, et des récoltes record ou supérieures à la moyenne au Malawi, en Angola, au Mozambique, à Madagascar et en Zambie.

En Afrique de l'Ouest, les précipitations irrégulières tombées jusqu'à présent ont entraîné un démarrage tardif de la campagne agricole au Sahel. En Afrique de l'Est, les perspectives des récoltes céréalières pour 2007 sont favorables dans la majorité des pays, à l'exception de la Somalie où la production devrait être en baisse en raison de pluies irrégulières tombées dans les principales zones de culture.

En Asie, les perspectives de récolte des céréales secondaires et de riz de la campagne principale seraient généralement favorables en Extrême-Orient grâce aux pluies de mousson tombées en temps utile.

En Chine, en Inde et au Pakistan, des récoltes de blé exceptionnelles ont été rentrées en 2007, tandis qu'au Bangladesh, la récolte de blé a été réduite compte tenu de conditions météorologiques défavorables.

Selon les dernières estimations de la FAO, de graves difficultés alimentaires persistent dans 28 pays.

Des périodes de sécheresse prolongées et des précipitations irrégulières au Zimbabwe, au Swaziland et au Lesotho ont entraîné une des plus faibles récoltes de la campagne principale jamais enregistrées. Dans ces pays, la production 2007 de maïs, la principale culture de base, serait par rapport à 2006 en baisse d'environ 43% au Zimbabwe, de 51% au Lesotho et de 60% au Swaziland.

La baisse de la production vivrière et la hausse des prix intérieurs et régionaux devraient se répercuter sur la sécurité alimentaire de plus de 4 millions de personnes vulnérables au Zimbabwe.

L'hyperinflation a dépassé le cap des 4 500% en mai, faisant chuter drastiquement le pouvoir d'achat et limitant fortement l'accès aux disponibilités vivrières pour les ménages à faible et moyen revenu.

En Afrique de l'Est, la situation au sud de la Somalie est particulièrement préoccupante compte tenu de l'impact des affrontements en cours, essentiellement dans la capitale Mogadiscio, où des centaines de milliers de personnes sont déplacées et où l'activité commerciale et économique est limitée. Au Soudan, l'insécurité demeure un des principaux facteurs entravant l'accès à la nourriture, notamment dans la région du Darfour.

En République démocratique populaire de Corée, la situation des approvisionnements alimentaires demeure précaire, et les premières livraisons des 400.000 tonnes d'aide alimentaire de riz promises par la République de Corée auraient été acheminées fin juin.

Au Népal, sur 75 districts, on estime que 42 souffrent d'un déficit vivrier, tandis qu'une insécurité alimentaire chronique et généralisée persiste dans les régions montagneuses occidentales, où l'aide alimentaire aux populations vulnérables reste limitée.

En Iraq, la situation globale de la sécurité alimentaire continue à souffrir des conflits et des problèmes de sécurité. Les organismes humanitaires font état de plus dƇ,8 million de personnes déplacées à l'intérieur du pays et de plus de 2 millions qui auraient fui le pays.

En Bolivie, les ménages ruraux les plus vulnérables reçoivent une aide humanitaire après avoir été victimes de graves pertes de récoltes et d'animaux dues à la sécheresse et aux inondations durant la campagne principale en début d'année.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.