HCR : de plus en plus de morts dans la traversée du Golfe d&#39Aden et de la mer Méditerranée

10 juillet 2007

Même si l&#39afflux de boatpeople traversant le golfe d&#39Aden de la Somalie vers le Yémen s&#39est temporairement interrompu à cause des mauvaises conditions en mer, un total de 367 personnes sont décédées et 118 portées disparues lors du premier semestre de l&#39année 2007, a rapporté aujourd&#39hui le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui ajoute qu&#39au moins 200 personnes sont aussi mortes en tentant de traverser la mer Méditerranée.

« Durant les six premiers mois de cette année, le HCR au Yémen a enregistré l'arrivée de 77 bateaux de passeurs transportant plus de 8.600 réfugiés, demandeurs d'asile et migrants ? principalement des Somaliens et des Ethiopiens », a dit sa porte-parole lors d'un point presse à Genève.

Durant la même période de six mois en 2006, quelque 107 bateaux étaient arrivés avec 11 723 personnes à bord. Un total de 266 personnes sont décédées et 66 portées disparues lors du premier semestre de l'année 2006.

Beaucoup de ceux qui ont perdu la vie, après avoir payé environ 50 dollars pour faire ce voyage périlleux, ont été forcés, par des passeurs sans scrupules, à débarquer alors qu'ils étaient encore en eaux profondes et ils se sont noyés en essayant de rejoindre la rive.

D'autres ont été battus à mort par des passeurs armés de gourdins, ou attaqués par des requins après avoir été jetés par-dessus bord. De nombreux corps ont été enterrés sur les plages du Yémen par des pêcheurs locaux.

Les passeurs agissent dans le golfe d'Aden habituellement entre septembre et juin.

Pour l'année 2006, près de 29.000 personnes sont arrivées au Yémen dans 237 bateaux. Au moins 328 personnes sont décédées et 310 déclarées disparues.

Les trafics d'êtres humains dans le golfe d'Aden se sont arrêtés temporairement, mais ils ont recommencé en Méditerranée.

Malgré une baisse de 31% des arrivées illégales en Italie par rapport aux six premiers mois de l'année dernière, le nombre de personnes décédées et disparues, au moins 200 dans le détroit de Sicile pour le seul mois de juin, montre à quel point il est devenu dangereux de traverser la Méditerranée.

Le HCR a régulièrement fait part de son inquiétude au sujet de la situation dans le golfe d'Aden, en Méditerranée et d'autres espaces maritimes, étant donné que les personnes risquant leur vie lors de telles traversées sont des réfugiés et des demandeurs d'asile.

Fin 2006, les traversées clandestines vers le Yémen sont devenues de plus en plus difficiles pour les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants en raison d'une répression accrue contre les passeurs dans la région de Bossasso en Somalie et de l'intensification des patrouilles de sécurité le long de la côte du Yémen.

Les passeurs ont simplement commencé à rejoindre le Yémen par de nouveaux itinéraires. Plusieurs nouveaux points de débarquement ont été identifiés sur la côte, longue de 400 kilomètres, transformant ce voyage en un supplice de trois jours au lieu de deux.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.