OMS : le risque de thrombose plus élevé après quatre heures de voyage

29 juin 2007

L&#39Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié aujourd&#39hui les résultats d&#39un projet de recherche sur les dangers des voyages dans le monde qui estime que le risque de souffrir d&#39une thromboembolie veineuse (TEV) est multiplié par deux environ après quatre heures de voyage et plus, mais reste limité.

« Même avec ce risque accru, le risque absolu de TEV reste relativement faible, environ 1 pour 6 000, même en étant assis immobile pendant plus de quatre heures », indique un communiqué publié aujourd'hui à Genève.

Selon l'OMS, les deux manifestations les plus courantes sont la thrombose veineuse profonde (TVP) et l'embolie pulmonaire.

“La thrombose veineuse profonde (TVP) apparaît quand un caillot sanguin, ou thrombus, se développe dans une veine profonde, en général dans la partie inférieure de la jambe. Ses symptômes sont principalement une douleur, une sensibilité au toucher et un ?dème de la partie affectée. On peut la détecter au moyen d'examens médicaux et on peut la traiter. La TVP peut engager le pronostic vital lorsqu'elle s'associe à la thromboembolie », explique le communiqué.

« La thromboembolie survient lorsqu'un caillot (d'une thrombose veineuse profonde) dans la jambe se détache de la veine, se déplace dans l'organisme et arrive dans les poumons où il se coince et bloque la circulation sanguine. On parle alors d'embolie pulmonaire, qui a pour symptômes des douleurs thoraciques et des troubles respiratoires. On peut traiter la TVP mais, sans traitement, il y a un risque de décès ».

L'étude montre que les passagers des avions, des trains, des bus ou des automobiles sont exposés à un risque plus élevé de TEV lorsqu'ils restent assis sans bouger pendant plus de quatre heures. Cela est dû à la stase du sang veineux qu'entraîne une immobilité prolongée et qui favorise la formation de caillots dans les veines.

Une étude du projet, s'intéressant en particulier aux voyages aériens, a découvert que les passagers prenant plusieurs vols en peu de temps sont également exposés à un risque accru. La raison en est que le risque de TEV ne disparaît pas complètement à la fin d'un vol et que l'élévation du risque persiste pendant quatre semaines environ.

Le rapport établi qu'un certain nombre d'autres facteurs accroissent le risque de TEV au cours des voyages : l'obésité, la taille (plus de 1m90 ou moins de 1m60), les contraceptifs oraux et les troubles sanguins héréditaires, conduisant à une tendance à la thrombose.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.