La FAO appelle à prendre en compte le rôle des grands-mères dans le développement

18 juin 2007

Alors que dans les pays occidentaux, les personnes âgées sont traitées comme des citoyens de deuxième classe, en Afrique et dans la plupart des autres pays, elles sont écoutées et respectées au sein de leurs familles et dans leurs communautés, ce qui en fait des acteurs potentiels du développement.

«Les grands-mères représentent une ressource abondante pour la nutrition maternelle et infantile, la santé et le développement en général. Mais cette ressource est largement sous-exploitée», a affirmé l'expert en nutrition de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), William Clay, dans un communiqué publié à Rome aujourd'hui.

L'implication des grands-mères assurerait des taux plus élevés de succès aux projets de nutrition, de santé et de développement communautaire, a-t-il ajouté.

Cette approche a été récemment présentée par Judi Aubel lors d'un séminaire à la FAO intitulé «Méthodologie d'inclusion des grands-mères». Judi Aubel est une experte américaine en santé et développement communautaire.

La plupart des projets de développement comptent sur les jeunes reflétant ainsi la culture des organisations occidentales qui les mettent en ?uvre.

«Les personnes âgées sont des chefs naturels. Aux jeunes, on apprend à leur montrer de l'estime et à les consulter eu égard à leur expérience et à leurs connaissances», a-t-elle expliqué.

Les agents d'exécution des projets de développement ont, pendant longtemps, promu la parité homme-femme reconnaissant par là le rôle important des femmes dans les sociétés rurales, a rappelé l'experte.

Toutefois, leurs efforts ont porté principalement sur les femmes en âge de procréer, ignorant les différentes valeurs culturelles que peuvent apporter les femmes plus âgées, sans parler du fait que dans beaucoup de pays les grands-mères ont généralement 40 ans ou moins.

Judi Aubel dirige une organisation non gouvernementale (ONG) appelée «Le Projet Grand-Mère». Grâce à l'approche dite d'inclusion des grands-mères, l'habilitation de ces dernières a permis à cette ONG d'accroître le succès des projets de santé maternelle et infantile au Sénégal, au Mali et au Laos.

Habilitation est la traduction généralement employée pour le terme anglais «empowerment».

Quid des grands-pères ? Bien qu'ils aient un rôle et un agenda différents, ils peuvent être de puissants alliés si on les invite à collaborer d'une manière qui tienne compte des sensibilités culturelles.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.