OMS : 13 millions de décès par an pourraient être évités en améliorant l&#39environnement

14 juin 2007

L&#39Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié hier la première analyse par pays des effets des facteurs environnementaux sur la santé ; des données qui révèlent de profondes inégalités mais montrent aussi que, dans tous les pays, la réduction des risques liés à l&#39environnement – pollution, dangers sur le lieu de travail, rayonnement ultraviolet, bruit, risques agricoles, changements climatiques et modifications des l&#39écosystème – permettrait d&#39améliorer la santé.

« Les données montrent que, chaque année, 13 millions de décès pourraient être évités en améliorant la salubrité de l'environnement », souligne un communiqué publié à Genève.

Dans certains pays, une amélioration des conditions environnementales pourrait réduire de plus d'un tiers la charge de morbidité. Les pays les plus touchés sont l'Angola, le Burkina Faso, le Mali et l'Afghanistan.

Dans 23 pays, toutes Régions confondues, plus de 10% des décès ne sont dus qu'à deux facteurs de risque d'origine environnementale : l'insalubrité de l'eau et le manque d'assainissement et d'hygiène d'une part, la pollution de l'air intérieur due à l'utilisation de combustibles solides pour la préparation des repas, d'autre part.

On dénombre parmi les enfants de moins de cinq ans 74% des décès attribuables aux maladies diarrhéiques et aux infections des voies respiratoires inférieures, ce qui en fait les premières victimes de l'insalubrité de l'environnement.

Les pays à revenu faible sont les plus vulnérables aux facteurs environnementaux qui ont une incidence sur la santé. En effet, les populations de ces pays perdent environ vingt fois plus d'années de vie en bonne santé par personne et par an que celles des pays à revenu élevé.

Les données montrent toutefois qu'aucun pays n'est à l'abri des conséquences que les conditions environnementales peuvent avoir sur la santé. Même dans les pays où l'environnement est plus sain, près d'un sixième des maladies pourraient être évitées et certaines interventions sur l'environnement permettraient de lutter efficacement contre les maladies cardiovasculaires et les accidents de la circulation.

Selon Susanne Weber-Mosdorf, Sous-Directeur général de l'OMS chargé du Développement durable et des milieux favorables à la santé, « ces estimations par pays constituent une première étape dans la perspective d'aider les décideurs nationaux des secteurs de la santé et de l'environnement à fixer des priorités en matière de prévention ».

« Il est important de mesurer la charge de morbidité attribuable à l'insalubrité de l'environnement. Cette information est essentielle si l'on veut aider les pays à choisir les interventions appropriées », a-t-elle souligné.

Les profils des pays comportent une estimation préliminaire de l'effet des risques environnementaux sur la santé. Les pays peuvent utiliser ces chiffres pour affiner leurs propres estimations. Malgré un certain degré d'incertitude, ces estimations indiquent qu'il est possible de prendre des mesures ciblées pour prévenir les maladies.

Aux fins de cette évaluation, les facteurs environnementaux considérés sont les suivants : pollution, facteurs d'origine professionnelle, rayonnement ultraviolet, bruit, méthodes employées dans l'agriculture, changements climatiques et modifications des écosystèmes, environnement bâti et comportement des personnes.

Les données montrent que des interventions au niveau des ménages permettraient de réduire sensiblement le taux de mortalité. L'utilisation de combustibles plus propres, tels que le gaz ou l'électricité, l'utilisation de meilleurs appareils de cuisson, une meilleure aération ou la modification des habitudes (par exemple, apprendre aux gens à éloigner les enfants de la fumée) permettrait d'agir très efficacement contre les infections et les maladies respiratoires qui touchent les femmes et les enfants.

On peut par exemple, au niveau communautaire ou national, favoriser le traitement et la conservation sûre de l'eau à domicile et instaurer des politiques énergétiques qui favorisent le développement et la santé. Ainsi, on estime qu'une baisse du niveau de la pollution atmosphérique (mesuré en PM10), comme indiqué dans les Lignes directrices OMS relatives à la qualité de l'air, permettrait de sauver 865 000 vies par an.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.