RDC : la MONUC enquête sur des allégations de trafic d&#39or et d&#39armes par des casques bleus

23 mai 2007

L&#39ONU attend les conclusions d&#39une enquête sur de graves allégations de trafic d&#39or et d&#39armes commis par des casques bleus en Ituri, affirme aujourd&#39hui la Mission de l&#39Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) qui se déclare déterminée à prendre de fermes « sanctions ».

L'ONU attend les conclusions d'une enquête sur de graves allégations de trafic d'or et d'armes commis par des casques bleus, affirme aujourd'hui la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) qui se déclare déterminée à prendre de fermes « sanctions ».

« Des informations récemment parues dans les médias se sont fait l'écho d'allégations datant de plus de deux ans, selon lesquelles des casques bleus basés dans le district de l'Ituri, dans le Nord Est de la République Démocratique du Congo (RDC), auraient été impliqués dans un trafic d'or et d'armes en 2004 et 2005 », indique un communiqué de la Mission publié aujourd'hui à Kinshasa.

« Dès l'apparition de ces graves allégations et aussitôt qu'elles ont été portées à son attention en 2006, la MONUC a immédiatement demandé à ce qu'une enquête soit menée par le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) des Nations Unies », affirme le communiqué.

« Une enquête complète a été lancée, indépendamment de la MONUC, par le BSCI-Nairobi, conformément à son mandat qui est d'enquêter sur les cas graves de mauvaise conduite ».

La Mission souligne que « lorsque son enquête sera terminée, le Bureau des services de contrôle interne communiquera son rapport et ses recommandations au département du Maintien de la paix des Nations Unies, pour action appropriée auprès des pays contributeurs de troupes dont dépend le personnel du contingent concerné ».

La MONUC souligne par ailleurs sa « politique de tolérance zéro absolue quant aux problèmes de mauvaise conduite » et « demeure vigilante dans la prévention des comportements graves et inacceptables ».

« La MONUC est déterminée à sanctionner de manière implacable, quiconque dont la conduite sera avérée comme étant indigne d'un casque bleu », insiste le communiqué.

Dans le même temps, la MONUC réitère sa confiance dans l'immense majorité de ses casques bleus qui se conforme aux normes de conduite les plus strictes des Nations Unies, ainsi que sa gratitude pour leur dévouement et leur magnifique travail au service de la paix dans un pays qui a trop longtemps souffert, particulièrement en Ituri, où ils ont désarmé et démobilisé plus de 15.000 miliciens.

« C'est grâce aux efforts et aux sacrifices des casques bleus de l'ONU que la RDC a pu tenir, en 2006, ses premières élections libres et démocratiques en plus de 40 ans, en toute sécurité, ouvrant ainsi la voie au retour de la paix et de la stabilité dans la région », indique la Mission.

« Le BSCI nous indique que l’enquête est bien avancée et devrait être achevée dans environ trois semaines. Lorsqu’elle sera terminée, le BSCI transmettra ses conclusions au Département des opérations de maintien de la paix et à la MONUC pour que des mesures soient prises. Selon les procédures habituelles, une fois le rapport du BSCI publié, les États Membres pourront l’obtenir sur demande », a déclaré par ailleurs la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l’ONU, à New York.

« Le Secrétaire général attend avec intérêt la conclusion rapide de l’enquête. Il agira promptement et de manière transparente en fonction des conclusions de celle-ci. Si des actes illicites ont été commis, il tiendra leurs auteurs pour responsables. Le Secrétaire général appelle tous les États Membres concernés à faire de même », a-t-elle ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.