Révision constitutionnelle en Iraq : Ban Ki-moon appelle les dirigeants politiques à s&#39élever au dessus des intérêts sectaires

18 mai 2007

Le Secrétaire général de l&#39ONU, Ban Ki-moon, a appelé aujourd&#39hui les dirigeants iraquiens à profiter des négociations sur la révision constitutionnelle pour dépasser les intérêts sectaires et parvenir à un consensus.

« Alors que la Commission de révision constitutionnelle s'apprête à remettre les résultats de ses délibérations au parlement, le Secrétaire général réitère l'importance du processus de révision de la Constitution et du règlement des questions vitales pour la réconciliation nationale en Iraq encore en suspens», indique un message transmis par sa porte-parole.

« La Commission a mené ses travaux de façon responsable, dans une atmosphère de respect mutuel et doit être applaudie », ajoute le message.

Ban Ki-moon souligne que « la réalisation d'un compromis sur les principales questions constitutionnelles qui figurent au coeur du système de gouvernement de l'Iraq est essentielle pour la stabilité dans le pays ».

« Le Secrétaire général espère que les dirigeants iraquiens saisiront cette occasion pour dépasser les intérêts sectaires étriqués, en restant ouverts aux compromis et en favorisant le consensus ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Ashraf Qazi, avait lancé un message en ce sens à la veille de la conclusion des travaux de la Commission.

La révision vise notamment le fonctionnement du système fédéral iraquien, à savoir « un partage équitable du pouvoir entre le gouvernement fédéral et les régions et un système permettant la répartition équitable des revenus du pétrole à tout le pays ».

La révision de la Constitution, adoptée par référendum en octobre 2005, a été définie notamment par le Pacte pour l'Iraq comme un des éléments d'une ouverture politique et d'un pas vers la réconciliation (dépêche du 25.10.2005).

Le Secrétaire général a annoncé le 3 mai dernier à Charm el-Cheikh en Egypte des engagements financiers qui permettront d'alléger la dette extérieure iraquienne de près de 30 milliards de dollars, lors du lancement, en présence de 70 délégations et du Premier Ministre Nouri Al-Maliki, du Pacte international pour l'Iraq (dépêche du 3.05.2007).

Dans le cadre de ce pacte, l'Iraq s'est notamment engagé à réviser la Constitution, à respecter un calendrier législatif conçu pour renforcer l'unité nationale, et à adopter des lois garantissant le partage équitable des ressources naturelles et de la richesse du pays entre toutes les communautés iraquiennes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.