Le HCR aide le Gouvernement sri-lankais pour le retour de 99.000 déplacés vers Batticaloa

16 mai 2007

Le gouvernement sri-lankais a lancé une opération de retour pour des dizaines de milliers de personnes déplacées avec le concours du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), vers une région dans l&#39est du pays qui, jusqu&#39à récemment, était sous le contrôle des rebelles.

« L'opération a débuté lundi. Le gouvernement a mis à disposition des bus pour transporter quelque 3 000 personnes déplacées et les ramener chez elles, dans le district de l'ouest de Batticaloa », indique un communiqué publié hier à Colombo.

« Les autorités prévoient, dans les prochains mois, d'aider au retour de plus de 90 000 personnes originaires d'autres régions de Batticaloa. Elles avaient été déplacées en février par les lourds combats entre les forces gouvernementales et les Tigres de libération de l'Eelam Tamoul (LTTE) », est-il ajouté.

Les employés de l'UNHCR contrôlant les retours ont rapporté que lundi, les personnes étaient impatientes de rentrer chez elles grâce au programme de retour volontaire.

« Nous conseillons toutefois de porter une attention particulière aux catégories de personnes ayant des besoins spécifiques ; et nous pressons le gouvernement de continuer son approche progressive, étape par étape, tout en veillant à respecter les standards de protection internationale et à garantir que les retours soient volontaires », a déclaré lundi, au lancement de l'opération, Amin Awad, le délégué de l'UNHCR à Colombo.

L'agence des Nations Unies pour les réfugiés va surveiller les opérations et rendre compte directement au gouvernement d'éventuels problèmes concernant le choix volontaire des retours et le caractère civil des déplacements.

A partir de mercredi, les agences des Nations Unies pourront accéder à l'ouest de Batticaloa pour apporter leur soutien aux rapatriés. L'UNHCR a demandé également au gouvernement d'accélérer l'accès des autres agences humanitaires internationales aux villages à l'ouest de Batticaloa, de façon à leur apporter des programmes d'assistance visant à la réintégration et à des retours durables.

Il est prévu d'échelonner les retours à l'ouest de Batticaloa en trois phases. Lors de la première phase, plus de 34 000 personnes seront transportées par bus vers leurs villages d'origine, dans la partie sud de l'ouest de Batticaloa, dans les deux prochaines semaines.

Les fonctionnaires locaux enregistrent les rapatriés et leurs fournissent des papiers d'identité pour leur assurer la liberté de mouvement. Des rations sèches pour une semaine sont également fournies par le Gouvernement au point de départ et des rations pour un mois seront disponibles au retour dans les villages.

Une équipe des Nations Unies, incluant l'UNHCR, a mené une évaluation préliminaire conjointe dans l'ouest de Batticaloa. Il semble que le conflit ait eu relativement peu d'impact sur la région

Amin Awad, qui a aussi discuté des projets de retour et de réintégration avec les représentants du gouvernement à Batticaloa, a souligné le besoin d'une meilleure compréhension globale du type d'assistance qui est nécessaire dans les régions de retour pour aider à restaurer les services essentiels et développer les opportunités d'autosuffisance dans la région.

L'UNHCR, avec ses partenaires, étudie la possibilité pour distribuer des kits de réintégration et demande à la communauté internationale d'apporter son aide, ainsi qu'au gouvernement de mettre en place son propre plan de réhabilitation dans les zones de retour.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.