RDC : William Swing estime que « personne ne peut être satisfait de la situation sécuritaire et humanitaire au Nord-Kivu »

14 mai 2007

Indicateurs militaire, sécuritaire et humanitaire au rouge et tensions intercommunautaires en hausse : les changements tant attendus par les populations du Nord Kivu, si éprouvées par plus d&#39une décennie de conflit, au lendemain des élections, se font attendre et les frustrations sont immenses, a souligné le chef de la Mission de l&#39Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) William Lacy Swing après une visite dans la province ce samedi 12 mai 2007.

«Tout le monde est avec vous. Tout le monde connaît la situation dans laquelle vous vous trouvez. Ne perdez pas espoir», a-t-il déclaré devant une délégation de représentants des quelque 5.000 déplacés des camps de déplacés de Kiwanja, selon un communiqué publié aujourd'hui par la MONUC.

«Le commandant des Forces de la MONUC, dans les limites de ses capacités, examine les possibilités de renforcer notre présence ici, en consultation étroite avec votre gouvernement», a-t-il ajouté.

William Swing a déclaré que personne ne pouvait être satisfait de la situation sécuritaire et humanitaire qui prévalait au Nord-Kivu, en particulier dans le Rutshuru.

Tant la MONUC que les agences humanitaires onusiennes vont renforcer leur assistance aux populations civiles de la province, ainsi que se faire leur porte voix auprès du gouvernement central de Kinshasa.

«Ma visite au Nord Kivu, ainsi que celles du commandant de la Force de la MONUC et de la responsable du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ont pour but d'évaluer la situation et de prendre rapidement les mesures appropriées qui s'imposent», a-t-il affirmé.

Les forces de la MONUC sont déployées à des emplacements clés, s'efforçant de protéger les civils et de permettre l'accès de l'assistance humanitaire à ceux qui en ont besoin, a t-il rappelé.

Le chef de la Mission a indiqué qu'elle allait continuer de soutenir la consolidation de la paix à l'Est, où 85 % de ses forces sont concentrées.

Depuis le début de l'année 2007 et le début du processus de «mixage» des troupes FARDC (l'armée régulière congolaise) avec celles de l'ex-général dissident Laurent Nkunda, la province compte 144.408 déplacés supplémentaires.

Parmi eux, quelque 30.000 habitants du Petit Nord (principalement du territoire de Rutshuru) qui ont fui les exactions des hommes en armes, et les combats entre FARDC des Brigades mixées et FDLR ou entre factions Mai Mai.

Accompagné du commandant de la Force de la MONUC, le général Babacar Gaye, de la Représentante d'OCHA en RDC, Gloria Fernandez, ainsi que du gouverneur du Nord Kivu et du chef de Bureau de la MONUC Goma, William Swing s'est rendu, dans la matinée, dans le camp de déplacés de Kiwanja, en territoire de Rutshuru, où il tenait a marquer sa solidarité aux populations sinistrées.

Au cours de sa visite au Nord Kivu, le Représentant Spécial s'est également entretenu avec les autorités civiles et militaires de la province, en particulier avec le gouverneur du Nord Kivu, Julien Paluku et le Commandant de la 8ème Région militaire, le général Louis Ngizo, avec qui il a discuté des problèmes sécuritaires et inter communautaires dans la province ainsi que les impacts négatifs du mixage et des opérations militaires en cours en terme de protection des populations.

A ce sujet, il a en particulier évoqué les violations inacceptables des droits de l'homme et tracasseries perpétrées par les éléments des Brigades mixées, en particulier par des ex-éléments dissidents faisant aujourd'hui partie de la Brigade Bravo, déployée dans le territoire de Rutshuru.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.