La diversité, une vertu et non une menace, selon Ban Ki-moon

10 mai 2007

L&#39Assemblée générale a ouvert aujourd&#39hui un débat informel qui se poursuivra jusqu&#39à demain sur le thème : « les civilisations et le défi de la paix: Obstacles et possibilités », un thème opportun en cette période de « recrudescence de l&#39intolérance et des tensions interculturelles », selon le Secrétaire général de l&#39ONU, Ban Ki-moon.

« Si nous ne cherchons pas à combler les fossés entre les communautés et les nations, ces divisions présentent le risque de saper la paix et la sécurité dans le monde », a déclaré Ban Ki-moon à l'ouverture de la réunion.

Le Secrétaire général a estimé que « le fait de rassembler, en une seule salle, des représentants de tous les pays, représentait peut-être le forum le plus important pour un dialogue entre les nations et les civilisations ».

« À l'heure de la télévision par satellite et des voyages rapides, les distances se sont réduites, mais malheureusement pas les divisions », a fait remarquer Ban Ki-moon, qui a regretté que « notre proximité n'a fait que renforcer la méfiance de l'autre, de l'autre religion, de l'autre ethnie, de l'autre nationalité ».

« Pour réagir, nous devons réaffirmer cette vérité selon laquelle la diversité est une vertu et non une menace », a insisté le Secrétaire général qui a mis l'accent sur le rôle crucial que peuvent jouer les médias pour « éduquer, informer, démystifier ».

De même, a-t-il ajouté, la religion peut avoir une influence extrêmement positive. « Les gens de foi peuvent par exemple appeler les croyants à traiter les autres comme ils aimeraient eux-mêmes être traités », a-t-il expliqué.

Le résultat de ces discussions, a conclu le Secrétaire général, pourra être utile à l'Alliance des civilisations, une initiative des Nations Unies lancée en 2005, avec l'appui des Gouvernements de la Turquie et de l'Espagne, dont le projet répond à cette nécessité d'action de la part de la communauté internationale de combler les fossés et de promouvoir la compréhension.

Le Secrétaire général a nommé fin avril Jorge Sampaio, ancien président du Portugal, au poste de Haut Représentant de l'Alliance des civilisations, après consultations avec les chefs de gouvernement de l'Espagne et de la Turquie (dépêche du 26.04.2007).

Pour sa part, Sheikha Haya Rashed al Khalifa, présidente de l'Assemblée générale, a rappelé que ce débat était « né de la volonté de comprendre les réalités dans lesquelles nous vivons et d'analyser les raisons qui sous-tendent les niveaux croissants de conflit, d'aliénation, d'extrémisme et de peur dans le monde ».

Sheikha Haya a également mis l'accent sur la nécessité de mettre un terme à l'utilisation abusive dans la société contemporaine de la religion et de rejeter les idéologies extrémistes qui menacent sévèrement la paix et la compréhension entre les nations et les peuples.

« Nous devons nous poser la question de savoir comment il est possible qu'au nom de la religion, des guerres soient livrées et que certains souffrent d'injustice », a-t-elle déclaré, avant de déplorer comme « « absurde et regrettable » que la religion soit ainsi utilisée de façon abusive alors que toutes les religions partagent le message d'amour et de fraternité.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.