Le Conseil de sécurité profondément préoccupé par l&#39impasse entre l&#39Erythrée et l&#39Ethiopie

8 mai 2007

Les membres du Conseil de sécurité ont fait part aujourd&#39hui de leur profonde préoccupation concernant « l&#39impasse dans laquelle se trouve le processus de paix entre l&#39Érythrée et l&#39Éthiopie et la tension grandissante entre les deux pays ».

Ils « renouvellent l'appel qu'ils ont lancé aux deux parties pour qu'elles fassent preuve de la plus grande retenue et s'abstiennent de recourir à la menace ou à l'emploi de la force l'une contre l'autre », indique une déclaration transmise après une réunion à huis clos sur le sujet.

Les membres du Conseil de sécurité réaffirment une fois encore l'intégrité de la Zone de sécurité temporaire et engagent instamment les deux parties à retirer immédiatement leurs forces et leur matériel des positions situées à l'intérieur de la Zone ou à proximité.

Ils sont encouragés par la déclaration que le Premier Ministre éthiopien a faite au Parlement le 29 mars 2007, selon laquelle le Gouvernement éthiopien avait accepté la décision définitive et contraignante de la Commission du tracé de la frontière entre l'Éthiopie et l'Érythrée, et exigent que l'Éthiopie applique intégralement et sans plus tarder la décision de la Commission.

Le Conseil réaffirme son appui à la Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) et exige à nouveau de l'Érythrée qu'elle lève sans plus tarder et sans préalable toutes les restrictions qu'elle impose aux déplacements et aux opérations de la Mission.

Ses membres « demandent aux deux parties de coopérer pleinement avec la MINUEE en vue de reprendre les réunions de la Commission militaire de coordination ».

Les 15 membres du Conseil évoquent la possibilité pour le Secrétaire général de nommer un nouveau Représentant spécial, pour aider les deux pays à normaliser leurs relations, promouvoir la stabilité et poser les bases d'une paix durable dans la région.

Enfin, les membres du Conseil de sécurité demandent une fois de plus « l'abornement intégral et rapide de la frontière ».

Dans son dernier rapport sur la question, le Secrétaire général avait lui aussi estimé que l'impasse entre les deux pays demeurait « une source préoccupante d'instabilité pour les deux pays, ainsi que pour l'ensemble de la région » (dépêche du 02.05.2007).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.