Côte d&#39Ivoire : l&#39ONUCI salue la mise en place de brigades mixtes de l&#39armée nationale et des Forces nouvelles

1 mai 2007

L&#39Opération des Nations Unies en Côte d&#39Ivoire ( ONUCI ) a salué la « volonté affichée par les ex-belligérants ivoiriens à appliquer pleinement l&#39Accord de Ouagadougou », à l&#39occasion de la mise en place hier de deux « brigades mixtes ».

Le général Elhadji Mouahamadou Kandji, commandant adjoint de la force de l'ONUCI, et le général Christian Gérardo Chaumont, chef de la police de l'ONU, en présence du chef d'Etat-major de la Force Licorne, Antoine Lecerf, ont pris part hier, à Bangolo, à la « cérémonie officielle d'installation des deux brigades mixtes de gendarmerie ivoirienne de Bangolo et de Zealé », dans l'ouest du pays, indique un communiqué de la Mission publié hier à Abidjan.

« L'ONU est prête à poursuivre son appui au démantèlement progressif de la zone de confiance », assure le communiqué.

Le ministre de la Défense, Michel Amani N'Guessan, a tenu à remercier l'ONUCI pour « le rôle qu'elle a toujours joué dans l'Ouest, à savoir maintenir un état de non belligérance ».

« Nous avons encore besoin de l'ONUCI et de [la Force] Licorne », a-t-il affirmé, avant d'expliquer que la mise en place des Brigades mixtes jetait les bases d'un dispositif militaire commun et témoignait de ce que les Ivoiriens étaient « maintenant inscrits dans la dynamique de la réunification ».

« Cette installation est tout simplement la renaissance de l'Etat de droit et ne doit pas constituer une plate-forme de règlements de compte entre anciens frères ennemis », a affirmé le ministre de la Défense ivoirien, qui a appelé « à faire table-rase des ranc?urs du passé, ainsi que de tolérance et de pardon ».

Le communiqué précise que les participants à la cérémonie d'hier, parmi lesquels le gouverneur militaire de la région de l'Ouest, ont ensuite remplacé le drapeau des Nations Unies par celui de la Côte d'Ivoire et ont visité les locaux de la Brigade mixte qui va désormais accueillir les 10 policiers et gendarmes des Forces de Défense et de Sécurité de Côte d'Ivoire (FDSCI) et les 10 membres des Forces Armées des Forces Nouvelles (FAFN) qui auront à leurs côtés quatre éléments de la police onusienne.

L'ONUCI rappelle que le processus de suppression de la zone de confiance, zone tampon contrôlée par l'ONU afin d'éviter les affrontements entre le nord et le sud du pays, avait été lancé le 16 avril dernier par la mise en place d'une brigade mixte à N'Gattadolikro située dans le Fuseau Centre, en présence du président Laurent Gbagbo.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.