UNESCO : Bonobos, Gorilles et Okapis menacés en République démocratique du Congo

25 avril 2007

L&#39Organisation des Nations Unies pour l&#39éducation, la science et la culture (UNESCO) a annoncé aujourd&#39hui avoir contacté le président de la République démocratique du Congo (RDC) et le département du maintien de la paix de l&#39ONU afin de leur demander des mesures pour mettre un terme au braconnage et à l&#39abattage des espèces animales en danger sur les cinq sites du patrimoine mondial de la RDC.

« Koïchiro Matsuura a écrit à Joseph Kabila, président de la RDC, et à Jean-Marie Guehenno, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix », indique un communiqué publié aujourd'hui à Paris.

« Cette initiative fait suite à des rapports faisant état de plusieurs centaines d'hippopotames et d'au moins deux gorilles des montagnes tués au cours des derniers mois dans le Parc national de Virunga, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1979 et sur la Liste du patrimoine en danger en 1994 ».

Les quatre autres sites du patrimoine mondial de la RDC – les parcs nationaux de Garamba, Kahuzi-Giega, Salonga et la Réserve animalière Okapi – sont tous inscrits sur la Liste du patrimoine en danger.

Tout en reconnaissant la qualité du travail de conservation mené par l'Institut congolais pour la conservation de la nature, Koïchiro Matsuura remarque « qu'une action systématique est nécessaire de façon urgente pour prévenir la perte irrémédiable de la valeur universelle exceptionnelle qui a valu à ces cinq sites de la RDC leur inscription sur la Liste du patrimoine mondial ».

Dans ses courriers, le Directeur général demande que le mandat de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) soit étendu à la protection des sites du patrimoine mondial de la RDC ainsi qu'à d'autres zones protégées.

Les sites du patrimoine mondial de la RDC ont une importance exceptionnelle pour la préservation de la biodiversité car ils constituent l'habitat de quelques unes des espèces les plus rares et les plus remarquables du monde, parmi lesquelles le bonobo, le cousin vivant le plus proche de l'espèce humaine, le gorille des montagnes et le très rare okapi, souligne l'agence des Nations Unies.

Koïchiro Matsuura souligne que la présence de groupes armés sur ces sites, notamment des rebelles Mai Mai et rwandais, représente pour les parcs une menace que les rangers de l'Autorité congolaise des Parcs nationaux ne peuvent contenir. En fait, les rangers et leurs familles ont été la cible des milices. Certains ont perdu leurs biens, ont été blessés ou même tués.

« La récente organisation des premières élections libres grâce au soutien du MONUC a été un événement marquant de la lutte pour ramener la paix et la sécurité dans le pays. Comme la paix et la stabilité sont aussi une condition nécessaire pour permettre la réhabilitation des sites du patrimoine mondial, nous espérons que des progrès significatifs seront accomplis, en ce sens, dans les mois qui viennent », affirme l'UNESCO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.