L&#39UNICEF appelle à intensifier la lutte mondiale contre le paludisme

25 avril 2007

A l&#39occasion de la Journée africaine du paludisme, le Fonds des Nations Unies pour l&#39enfance (UNICEF) a demandé que l&#39on redouble d&#39efforts contre cette maladie, l&#39un des premiers responsable de la mort des enfants en Afrique.

« Un enfant africain meurt du paludisme toutes les 30 secondes, alors que l'on peut prévenir et soigner cette maladie », a constaté la Directrice générale de l'UNICEF Ann Veneman dans un communiqué publié aujourd'hui à Washington, New York et Genève.

« L'utilisation correcte d'une moustiquaire à 10 dollars permet de diminuer de 25% ou presque le nombre de décès d'enfants de moins de cinq ans », a-t-elle ajouté.

Le paludisme est responsable de plus d'un million de décès par an et sur ce total, plus de 80% surviennent en Afrique subsaharienne. La maladie est à l'origine de 18% des décès d'enfants de moins de cinq ans sur le continent africain. Ceux qui y survivent restent souvent affaiblis, incapables de remplir leur potentiel à apprendre ou, plus tard, à gagner leur vie.

Selon l'UNICEF entre 1999 et 2003 le nombre de moustiquaires imprégnées d'insecticide distribuées en Afrique subsaharienne a été multiplié par 10. Les enquêtes menées en 2005 et 2006 devraient indiquer d'autres progrès importants de la distribution dans la région.

Plusieurs pays africains sont en tête dans ce domaine. Le Malawi, le Rwanda, le Sénégal, le Togo et la Zambie se sont rapprochés de l'objectif d'une couverture en moustiquaires imprégnées d'insecticide de 60% des enfants de moins de 5 ans. Cet objectif avait été fixé à Abuja (Nigéria) lors du Sommet africain de 2000 sur l'initiative 'Faire reculer le paludisme'.

L'Ethiopie, un pays où l'on compte environ 9 millions d'infections au paludisme chaque année, a augmenté considérablement le nombre de moustiquaires imprégnées d'insecticide distribuées, de 1,8 million en 2004 à 8 millions à la fin de 2006. Le gouvernement, l'UNICEF et d'autres partenaires s'efforcent maintenant de distribuer au total 20 millions de ces moustiquaires d'ici à la fin de l'année.

« Nous pouvons contribuer à la lutte contre le paludisme par le biais de programmes de santé intégrés et organisés au niveau de la communauté », a dit Ann Veneman. « La lutte contre le paludisme est importante pour aider les pays africains à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le financement apporté à la production et à la distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticide, au dépistage du paludisme et aux traitements, a augmenté de manière significative au cours de la dernière décennie, grâce au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, l'Initiative du Président des Etats-Unis contre le paludisme, la Banque mondiale, la Bill and Melinda Gates Foundation et autres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.