Le Soudan doit faire face aux échéances du redéploiement des forces armées au Sud du pays et de la préparation des élections de 2009

23 avril 2007

Identifiant le redéploiement complet des forces armées au Sud-Soudan et la préparation des élections 2009 comme deux échéances majeures dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS), le Secrétaire général rappelle dans un rapport publié aujourd&#39hui le caractère indivisible du pays et souligne que le rétablissement de la paix au Darfour s&#39inscrit dans ce cadre politique plus vaste.

Ce rapport a été présenté aujourd’hui aux membres du Conseil de sécurité par le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno.

En réponse aux questions des journalistes, à l’issue de la réunion à huis clos, sur le fait que le poste de Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan était toujours vacant depuis le mois novembre, Jean-Marie Guéhenno a convenu de la difficulté à trouver la bonne personne.

« C’est une tâche écrasante. Il est déjà assez difficile d’être un politicien dans son pays, c’est encore plus difficile dans un pays étranger » a-t-il expliqué, jugeant que l’actuel Représentant spécial par intérim faisait un excellent travail.

Le hollandais Jan Pronk, qui occupait le poste depuis la création de la Mission, avait fait l’objet d’une polémique après que le gouvernement soudanais l’ait déclaré persona non grata dans le pays. Aucun successeur n’a été nommé après l’expiration de son mandat à la fin 2006.

« Depuis le 25 janvier, les parties ont continué de faire des progrès, limités toutefois, dans la mise en oeuvre de l'Accord de paix global, et ont notamment pris des mesures positives en vue du redéploiement des Forces armées soudanaises au Sud-Soudan » indique le dernier rapport du Secrétaire général qui souligne que « certaines questions clefs, notamment la maîtrise des autres groupes armés », n'ont toujours pas été réglées.

« On s'inquiète de plus en plus au sujet du respect du calendrier fixé pour les élections de 2009, du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) et de la démarcation de la frontière du 1er janvier 1956, qui a pris beaucoup de retard », affirme le Secrétaire général dans son rapport.

Ce dernier souligne deux échéances majeures, à savoir « le redéploiement complet et vérifié des forces en 2007 » et « la tenue d'élections de mi-mandat libres et régulières en 2009 ».

Tous les efforts doivent être faits afin « d'assurer le bon déroulement de ces étapes importantes » qui aideront les parties à « s'engager dans la dernière phase du processus de paix », affirme Ban Ki-moon.

Le rapport indique que jusqu'à présent, l'UNMIS a concentré une grande partie de son attention et de ses ressources à aider les parties à appliquer l'Accord de paix global, ainsi qu'à surveiller et à observer le cessez-le-feu, avec des résultats mesurables.

Prévenant que le redéploiement ne se passera pas « sans problèmes », une fois achevé, il souligne que ce dernier marquera la « fin historique de trois décennies d'intervention militaire flagrante et d'hostilités dévastatrices ».

« L'application intégrale et irréversible de l'Accord de paix global est la seule stratégie viable pour le Soudan et ses populations », réaffirme le Secrétaire général en référence à l'accord entre le Nord et le Sud Soudan avec l'assistance des Nations Unies, qui a mis fin à trente ans de guerre civile dans le pays.

S'il insiste sur la responsabilité principale de l'achèvement du Protocole relatif à la sécurité, qui incombe aux deux parties, le Secrétaire général demande « l'engagement sans réserve et le plein appui de la communauté internationale », dont le Conseil de sécurité.

Les donateurs devront en particulier fournir une assistance d'ordre financier et autre en ce qui concerne la mise en place des unités mixtes intégrées, les programmes de DDR et la sécurité communautaire.

S'agissant du deuxième point de référence dans cette phase de la période intérimaire ? la préparation et la tenue en 2009 d'élections démocratiques de mi-mandat ? il exigera une égale détermination, affirme Ban Ki-moon.

A cet égard, le Secrétaire général estime qu'il faudrait « promulguer la loi électorale trop longtemps différée, et ensuite mettre rapidement en place une commission électorale nationale indépendante ».

Il déplore aussi que la Commission nationale des droits de l'homme n'ait pas encore été établie.

« Enfin, je demande instamment aux Soudanais, et en particulier à leurs dirigeants, de reconnaître qu'en fin de compte, la paix dans leur pays est indivisible. En l'absence d'un règlement du conflit tragique et dévastateur au Darfour, il sera difficile de poursuivre les progrès vers la mise en oeuvre de l'Accord de paix global et d'assurer son bon déroulement », affirme Ban Ki-moon.

Le principal objectif des efforts complémentaires déployés par la communauté internationale dans les secteurs de la sécurité et de l'assistance politique et humanitaire doit être de stabiliser suffisamment le Darfour pour qu'il puisse participer aux élections de mi-mandat de 2009 avec le reste du pays, affirme-t-il sur cette échéance politique.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.