Ban Ki-moon préoccupé par les allégations du recours aux sigles de l&#39ONU pour transporter des armes au Darfour

18 avril 2007

Le Secrétaire général a exprimé sa grave préoccupation face aux éléments de preuve transmis aux membres du Conseil de sécurité concernant le transport aérien d&#39armes, y compris d&#39armes lourdes à destination du Darfour, en violation de la résolution 1591 (2005) du Conseil de sécurité.

« Il est particulièrement troublé par les informations selon lesquelles des avions privés ou officiels auraient bénéficié illégalement du marquage des Nations Unies et auraient été utilisés à des fins militaires », a rapporté sa porte-parole du Secrétaire général, dans un message transmis aujourd'hui.

« Si elles étaient confirmées, ces actions constitueraient de claires violations du droit international et du statut international des Nations Unies », souligne le message.

Ban Ki-moon a ajouté qu'il continuerait de travailler en étroite coopération avec le Conseil de sécurité sur cette question.

« Il attend une complète coopération de la part du gouvernement du Soudan, des autres gouvernements et de toute autre partie afin de fournir rapidement des clarifications ».

Des informations relatives à la présence d'avions revêtant les couleurs de l'ONU sont déjà rapportées depuis près d'un an dans les rapports du Secrétaire général, a rappelé aujourd'hui un haut responsable de l'ONU.

S'agissant des informations les plus récentes il semblerait qu'un avion aux couleurs de l'ONU ait été aperçu trois fois dans la région du Darfour, une fois au Darfour même dans une zone contrôlée par le gouvernement soudanais, une fois au nord de la République centrafricaine, et une fois près d'Abeche au Tchad, dans une région contrôlée par le gouvernement tchadien.

L'ONU continue d'enquêter, a dit le haut responsable, qui a précisé que les lettres « UN » renvoyaient dans la classification de l'aviation civile au Kazakhstan.

« Il n'est pas rare de trouver des avions de l'ex-Union soviétique dans l'espace aérien africain, surtout dans les régions les plus dangereuses », a-t-il précisé.

En toute hypothèse, le recours à des avions ou des véhicules blancs, portant insigne de l'ONU, doit être strictement réservé aux opérations de l'ONU, a dit ce responsable.

Ces nouvelles allégations voient le jour alors que le gouvernement soudanais a confirmé son acceptation des mesures de soutien de l'ONU à l'Union africaine au Darfour, y compris le déploiement d'hélicoptères de combat (dépêche du 16.04.2007) et que le Secrétaire général a demandé au Soudan de « fournir d'urgence les terrains et autres infrastructures nécessaires au déploiement de 'l'appui lourd' » (dépêche du 16.04.2007).

Le Darfour est le théâtre depuis 2003 d'affrontements entre mouvements rebelles et troupes gouvernementales. Le gouvernement soudanais est accusé d'avoir armé et de soutenir des milices arabes Janjawid, qui lancent sans répit des attaques contre la population civile. Les combats auraient fait au moins 200.000 morts et déplacé près de 2,5 millions de personnes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.