RDC : le Conseil de sécurité déplore les violences et engage au respect de la démocratie

3 avril 2007

Le Conseil de sécurité a déploré aujourd&#39hui par la voie d&#39une déclaration présidentielle les violences survenues du 22 au 25 mars à Kinshasa entre les forces de sécurité congolaises et la garde rapprochée du sénateur Jean-Pierre Bemba, exhortant toutes les parties à respecter le caractère sacré de la vie humaine et les droits de l&#39homme.

Déplorant les pertes « en particulier parmi les civils », ainsi que les « destructions et pillages », notamment de certaines missions diplomatiques, le Conseil a encouragé « les autorités congolaises et la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) à enquêter » sur les faits.

Le Conseil souligne le « caractère légitime des nouvelles institutions issues d'élections démocratiques et la nécessité pour celles-ci d'assurer la protection de la population ». Dans le même temps, il souligne « combien il importe que ces institutions agissent dans le respect de la légalité, des droits de l'homme et du droit international humanitaire et évitent tout usage de la force inutile ou disproportionné ».

Le Conseil de sécurité a appelé le gouvernement à respecter la place et le rôle que la Constitution a conférés aux partis dans le but de garantir leur participation effective au débat politique national et encouragé tous les partis à continuer d'adhérer aux règles du jeu politique.

Le Conseil a par ailleurs salué la déclaration de la Conférence des Présidents de l'Assemblée nationale congolaise, en date du 26 mars 2007, dans laquelle l'ensemble des groupes parlementaires ont réaffirmé leur adhésion à la démocratie et recommandé à l'ensemble des institutions de la République d'?uvrer à la réconciliation, à la concorde nationale et au dialogue permanent entre acteurs politiques.

Selon des informations parues dans la presse, les combats à Kinshasa auraient fait plusieurs centaines de victimes.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) annonçait le 28 mars que des organisations humanitaires poursuivaient leurs activités d'évaluation et d'assistance à Kinshasa, après les affrontements qui ont opposé, la semaine dernière, les forces gouvernementales et les éléments armés de l'ancien Vice-Président, Jean-Pierre Bemba (voir le point de presse du porte-parole du 28.03.07).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a distribué trois tonnes de médicaments essentiels et de matériel chirurgical ainsi que 400 rouleaux de bandage et 100 draps.

OCHA a précisé que d'autres sources de préoccupation perduraient, notamment la protection des groupes vulnérables, y compris des familles et des personnes dépendantes des forces loyales à Jean-Pierre Bemba, ainsi que des enfants des rues arrêtés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.