Le Conseil de sécurité demande au Secrétariat un plan de retrait de la Mission au Libéria

30 mars 2007

Le Conseil de sécurité a, ce matin, prorogé le mandat de la Mission des Nations Unies au Liberia (MINUL) pour une période de six mois, jusqu&#39au 30 septembre 2007, soit moitié moins que la recommandation formulée par le Secrétaire général dans son dernier rapport sur le pays, en lui demandant un plan de retrait.

Le Conseil de sécurité demande au Secrétaire général de proposer dans son prochain rapport, en juin, un plan détaillé pour le retrait de la Mission ainsi que des recommandations précises sur le niveau des effectifs ainsi que différentes options relatives à la réduction.

Il lui demande également de continuer de l'informer du chemin parcouru vers la stabilité du Libéria.

Par la résolution adoptée aujourd'hui, le Conseil engage le Gouvernement libérien à prendre, en étroite coordination avec la Mission des Nations Unies au Liberia (MINUL), toutes autres mesures visant à atteindre ces objectifs, dans la perspective de la consolidation, de la réduction et du retrait progressif et par étapes des troupes de la MINUL, en fonction de la situation, sans compromettre la sécurité du Libéria.

Par ailleurs, le Conseil décide, en ajoutant cet élément au mandat de la MINUL, d'offrir au Tribunal spécial pour la Sierra Leone un appui sur les plans administratif et connexes et assurer sa sécurité lorsqu'il mène des activités au Libéria avec le consentement du gouvernement libérien.

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone a été créé conjointement par le gouvernement de la Sierra Leone et par les Nations Unies pour poursuivre ceux qui portent la plus grande responsabilité des graves violations du droit international humanitaire commises dans ce pays depuis le 30 novembre 1996. Il est amené à enquêter également au Libéria.

Dans son dernier rapport, le Secrétaire général, évoquant des progrès limités accomplis sur la voie de la réalisation des objectifs de la MINUL en matière de consolidation et de réduction des effectifs, recommandait une prorogation d'un an du mandat de la MINUL, jusqu'au 31 mars 2008.

Selon lui, le Libéria, malgré une évolution encourageante sur la voie de la consolidation de la paix, de la stabilité et de la démocratie, doit toujours relever d'énormes défis en matière de reconstruction et de développement, résultat de 14 ans de guerre civile.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.