Ban Ki-moon salue l&#39accord de l&#39Union européenne sur les énergies renouvelables

9 mars 2007

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a salué la décision des dirigeants de l&#39Union européenne d&#39établir des cibles contraignantes sur l&#39efficacité énergétique et sur les sources d&#39énergie renouvelables, qui devrait accélérer le développement de technologies de pointe.

« Face à l'accroissement des émissions de gaz à effet de serre, cet engagement à une réduction significative au cours de la prochaine décennie est ambitieux. Mais l'ambition et le leadership sont justement ce qu'il faut pour répondre aux changements climatiques, un des plus grands défis qui se pose à l'humanité », a dit le Secrétaire général dans un message transmis par sa porte-parole.

Selon les informations parues dans la presse, les dirigeants de l'Union européenne ont convenu aujourd'hui de parvenir à un accroissement minimum de 20% du recours aux énergies renouvelables, d'ici à 2020.

« La décision de l'UE peut contribuer à rendre plus durables les systèmes de production d'énergie à travers le monde », affirme le Secrétaire général, qui note qu'elle prévoit « des incitations commerciales importantes au développement de technologies de pointe dont le monde, et surtout le monde en développement, aura besoin pour répondre à ses besoins énergétiques tout en faisant face aux changements climatiques ».

Cette décision soulève aussi des espoirs de progrès supplémentaires cette année, indique le Secrétaire général, qui rappelle la tenue de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se tiendra à Bali, en Indonésie, en décembre 2007, afin de « lancer des négociations intensives sur le renforcement de la coopération internationale pour réduire les émissions » de gaz à effet de serre.

Le Secrétaire général a appelé tous les pays à participer à ces pourparlers « avec ambition et créativité ».

Rappelant que le réchauffement climatique était désormais une « réalité indéniable », le Secrétaire général avait récemment estimé que les Nations Unies étaient le cadre le plus naturel pour lutter contre ce phénomène grave (dépêche du 01.03.07).

Dans un rapport publié début février lors d'une conférence sur le climat à Paris, l'IPCC concluait que les récentes avancées dans la modélisation du climat et la collecte et l'analyse de données permettent aux scientifiques d'avancer avec un « très haut niveau de confiance (au moins 9 chances sur 10) que les activités humaines sont la cause du réchauffement climatique » (dépêche du 2.02.07).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.