L&#39Erythrée impose de nouvelles restrictions aux mouvements des casques bleus

2 mars 2007

La Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) a confirmé aujourd&#39hui que les autorités érythréennes avaient imposé récemment des restrictions de mouvement supplémentaires aux forces de maintien de la paix présentes dans la zone sous sa responsabilité.

La Mission des Nations Unies en Éthiopie et en Érythrée (MINUEE) a confirmé aujourd'hui que les autorités érythréennes avaient imposé récemment des restrictions de mouvement supplémentaires aux forces de maintien de la paix présentes dans la zone sous sa responsabilité.

« Compte tenu de ces restrictions supplémentaires, la capacité des casques bleus à surveiller le cessez-le-feu est réduite », a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point presse au siège des Nations Unies, à New York.

La zone sous responsabilité de la Mission est appelée Zone de sécurité temporaire et se situe entre l'Erythrée et l'Ethiopie. Ces deux pays ont été en guerre de 1998 à 2000 jusqu'à la signature des accords d'Alger qui prévoyaient la délimitation de la frontière, mais l'Éthiopie a refusé le tracé proposé en 2002 par la Commission de délimitation, qui est censé s'imposer aux deux parties.

Depuis le mois d'octobre 2005, le gouvernement érythréen soumet la MINUEE à une interdiction de survol du territoire par ses hélicoptères. Il limite aussi le territoire qu'elle est habilitée à surveiller et les routes qu'elle peut emprunter. Il a enfin demandé l'expulsion de son personnel occidental et procédé à l'emprisonnement de membres du personnel de la Mission de nationalité érythréenne.

Comme régulièrement depuis 2005, le Conseil de sécurité a exigé lors de la dernière prorogation du mandat de la MINUEE en date que l'Ethiopie accepte intégralement et sans plus tarder la décision définitive et contraignante de la Commission du tracé de la frontière en prenant des mesures concrètes pour permettre l'abornement de la frontière (dépêche du 30.01.2007).

De l'Érythrée, il a exigé qu'elle retire ses forces et son matériel de la Zone de sécurité temporaire et qu'elle lève les restrictions qu'elle impose aux déplacements et aux opérations de la MINUEE tout en lui fournissant l'assistance, le soutien et la protection dont elle a besoin.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.