Tchad : Angelina Jolie souligne l&#39espoir créé par l&#39envoi d&#39une force de paix pour les réfugiés du Darfour

28 février 2007

L&#39ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Angelina Jolie, a terminé hier une mission de deux jours dans un camp de réfugiés dans l&#39est du Tchad, ce qui lui a permis de se rendre compte de la dégradation de la sécurité pour les réfugiés soudanais, depuis sa dernière visite dans ce pays il y a trois ans.

L'ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Angelina Jolie, a terminé hier une mission de deux jours dans un camp de réfugiés dans l'est du Tchad, ce qui lui a permis de se rendre compte de la dégradation de la sécurité pour les réfugiés soudanais, depuis sa dernière visite dans ce pays il y a trois ans.

« Il est toujours dur de voir des gens dignes, des familles en train de vivre dans des conditions si difficiles », a déclaré l'actrice dans un communiqué publié depuis Bahai au Tchad.

« Ce qui est le plus navrant, c'est le temps qu'il faut à la communauté internationale pour répondre à cette crise », a-t-elle ajouté.

Angelina Jolie, qui s'était rendue en 2004 avec l'UNHCR au Tchad et dans la région voisine du Darfour, au Soudan, a dit avoir été frappée par le sentiment d'espoir régnant dans le camp d'Ouré-Cassoni, près de la ville du même nom, ainsi que par le v?u très répandu de voir une force de maintien de la paix déployée au Tchad.

Elle a également parlé des difficultés et des souffrances qu'elle a vues dans le camp, situé à moins de cinq kilomètres de la frontière avec le Soudan.

Lundi, l'actrice lauréate d'un Oscar a dû voyager pendant une tempête de sable pour se rendre au camp d'Ouré Cassoni, hébergeant plus de 26 000 réfugiés. Des 12 camps gérés par l'UNHCR dans l'est du Tchad et qui abritent au total 230 000 réfugiés originaires de la région instable du Darfour au Soudan, celui d'Ouré Cassoni est le plus au nord et accueille à lui seul 26 000 réfugiés.

Dans l'une des écoles primaires du camp, elle a été accueillie par des chants d'enfants alors que la tempête battait violemment la bâche en plastique utilisée pour le toit et les murs. Le sable et les tempêtes rendent la vie des réfugiés encore plus difficile, en enterrant partiellement ou complètement de nombreuses tentes et maisons en terre. Le bois de cuisine et de chauffage est rare dans la région, et la compétition pour les ressources cause des frictions entre les réfugiés et les populations locales.

Les femmes réfugiées sont souvent victimes d'abus sexuels et physiques lorsqu'elles collectent les précieux morceaux de bois, dépassant les capacités de protection de la police déployée par le gouvernement tchadien pour aider à assurer la sécurité des réfugiés.

Dans l'école, Angelina Jolie a écouté les témoignages des enfants sur leur vie quotidienne, leurs inquiétudes et leur espoir de pouvoir retourner un jour chez eux au Darfour. Ensuite elle a rendu visite à des réfugiés souffrant de maladies mentales.

Mardi, Angelina Jolie s'est rendue auprès d'un réservoir artificiel qui sert à alimenter le camp en eau, et qui est maintenant presque vide suite au manque de pluies l'année dernière. Les réfugiés et l'UNHCR sont préoccupés par cette diminution des réserves.

Elle a ensuite rencontré un groupe de femmes qui lui ont parlé de leur souhait de pouvoir mener des activités génératrices de revenus ainsi que de leur envie de rentrer chez elles. Ces femmes, qui préparent les festivités pour la Journée internationale de la femme le 8 mars, ont indiqué que la situation sécuritaire était toujours insuffisante de l'autre côté de la frontière.

La semaine dernière, dans un rapport présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies, le Secrétaire général Ban Ki-Moon a proposé l'envoi d'une mission multidisciplinaire de maintien de la paix au Tchad, afin de protéger les civils et décourager les attaques transfrontalières (dépêche du 23.02.07).

Les réfugiés qu'a rencontrés Angelina Jolie lui ont aussi expliqué qu'ils avaient trouvé quelque réconfort en entendant des informations à la radio selon lesquelles la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye avait indiqué au Conseil de sécurité disposer de preuves tangibles concernant des crimes contre l'humanité (dépêche du 27.02.2007).

« Aujourd'hui, de nombreux réfugiés semblent ressentir un nouvel espoir, et ils veulent voir que les responsables soient traduits en justice... Pour pouvoir rentrer chez eux, ces gens disent qu'ils ont besoin de savoir que les hommes les ayant attaqués ont été dépouillés de leurs armes », a expliqué Angelina Jolie. « C'est un jour très important pour la justice internationale. Les décisions de la CPI peuvent faire une différence énorme pour la vie de ces femmes et ces enfants. »

Angelina Jolie a fait l'éloge des employés de l'UNHCR et des ONG qu'elle a rencontrés dans le camp. « Après des années dans cette situation, désormais eux-mêmes victimes d'attaques, les travailleurs humanitaires gardent la foi et le même état d'esprit », a-t-elle indiqué.

Hier, à New York, c'est Mia Farrow, ambassadrice itinérante du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) qui a appelé la communauté internationale à intervenir dans cette région après une visite de plusieurs jours en République centrafricaine et au Tchad (dépêche du 27.02.07)

On compte plus de 230 000 réfugiés du Soudan dans l'est du Tchad. Par ailleurs, quelque 46 000 réfugiés centrafricains ont trouvé un abri au sud du Tchad. En plus de ces réfugiés, près de 120 000 Tchadiens sont déplacés dans l'est de leur propre pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.