Tribunal spécial pour la Sierra Leone : l&#39ancien ministre de la défense meurt avant la fin de son procès

22 février 2007

Sam Hinga Norman, l&#39ancien ministre de la défense de la Sierra Leone, est mort aujourd&#39hui à l&#39hôpital militaire de Dakar, alors qu&#39il était jugé devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone pour crimes de guerre et crimes contre l&#39humanité.

« M. Norman et un autre détenu du Tribunal spécial ont été transportés à Dakar le 17 janvier dernier pour des actes médicaux de routine mais qui n'étaient pas disponibles en Sierra Leone », indique un communiqué publié depuis Freetown par le Tribunal spécial qui fait part de « son profond regret » quant à ce décès.

Selon les premières indications, Sam Hinga Norman aurait souffert de défaillance cardiaque mais une enquête indépendante par des experts médicaux internationaux a été diligentée par le Tribunal spécial afin de déterminer les causes exactes de la mort.

L'ancien ministre de la défense de la Sierra Leone devait répondre devant le Tribunal de huit chefs d'inculpation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité pour des actes perpétrés par la Force de défense civile de Sierra Leone qu'il dirigeait durant la décennie de conflit dans le pays.

Selon des informations parues dans la presse, il était notamment accusé d'avoir pratiqué des sacrifices humains et de s'être livré à des actes de cannibalisme durant la guerre civile de 1991 à 2002.

Depuis le début de son procès en juin 2004, il n'avait cessé de clamer son innocence. Il est mort quelques jours seulement avant de connaître la sentence qui lui était réservée par le Tribunal pénal spécial pour la Sierra Leone.

Le Tribunal indépendant, mis en place conjointement par les Nations Unies et le gouvernement de la Sierra Leone, a pour mandat de juger les principaux responsables des atrocités commises en Sierra Leone après le 30 novembre 1996.

Jusqu'à maintenant, 11 personnes ont été inculpées pour crimes de guerre, crime contre l'humanité et d'autres graves violations du droit humanitaire international. 10 accusés sont maintenus en détention par le Tribunal.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.