Guinée : Ban Ki-moon appelle à reprendre le dialogue pour rétablir la stabilité

13 février 2007

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a réitéré sa profonde préoccupation face à l&#39aggravation de la situation politique et sécuritaire en Guinée et déploré les pertes humaines et les destructions de propriété qui se poursuivent.

Ban Ki-moon regrette l'échec dans la mise en oeuvre de l'accord conclu le 27 janvier « qui a provoqué la résurgence de la crise et menace de plonger le pays dans une instabilité généralisée ». Il appelle le gouvernement et les responsables syndicaux à reprendre le dialogue et à mettre en oeuvre « en toute bonne foi » cet accord, a souligné sa porte-parole, Michèle Montas, lors de son point-presse quotidien au siège de l'ONU à New York.

« Le Secrétaire général exhorte une nouvelle fois le gouvernement et les forces de sécurité à faire montre d'une retenue totale et à garantir l'Etat de droit et le respect des droits de l'homme. Il exhorte également les dirigeants syndicaux à s'abstenir de toute incitation à la violence et à la destruction des biens ».

Ban Ki-moon réaffirme aussi « la disponibilité des Nations Unies à travailler étroitement avec toutes les couches de la société guinéenne, ainsi qu'avec d'autres partenaires de la Guinée, en vue de mettre un terme à la présente crise et de restaurer la stabilité durable et le développement ».

Par ailleurs, le Programme alimentaire mondial (PAM) a condamné aujourd'hui le pillage de trois de ses entrepôts dans le pays ce weekend. Il estime les pertes à 450 tonnes de nourriture destinées aux enfants dans les écoles et aux communautés les plus défavorisées, soit 350 000 dollars.

« Cette nourriture était pour les plus pauvres parmi les pauvres en Guinée, elle a été pillée stupidement par des gens qui n'ont aucun respect de la propriété d'autrui », a déclaré Philippe Guyon LeBuffy, Directeur du PAM en Guinée.

Les trois entrepôts étaient situés dans les villes de Kankan, dans l'est du pays, et de Labé dans le centre. De plus, le bureau du PAM à Kankan a été victime de jets de pierres, obligeant à l'évacuation de son personnel international vers l'autre côté de la frontière avec le Mali.

La nourriture volée était distribuée dans le cadre du programme du PAM dans les écoles. Chaque année, plus de 200 000 enfants de Guinée peuvent ainsi bénéficier à l'école de repas réguliers. Les aliments pillés servaient également à des activités non urgentes, notamment dans le cadre de projets 'travail contre nourriture', de programmes de nutrition pour les jeunes enfants et leurs mères, et de soutien aux malades du VIH/sida

« Il est encore difficile de savoir quand nous serons capables de fournir aux écoles et aux autres institutions l'aide alimentaire nécessaire à la poursuite de ces programmes », a reconnu Philippe Guyon Le Buffy

« Nous constatons qu'il y a une vague de frustration et de colère dans le pays mais de telles actions ne feront que rendre encore plus difficile la vie des plus pauvres », a-t-il prévenu.

Après ce pillage, il n'y a plus de réserves de nourriture à Kankan. La violence a forcé le PAM à suspendre provisoirement toutes ses opérations, bien que les distributions aux réfugiés libériens et ivoiriens les plus démunis aient eu lieu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.