Sud-Liban : le Secrétaire général très préoccupé par les échanges de tirs

8 février 2007

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s&#39est déclaré aujourd&#39hui « profondément préoccupé » par les échanges de tirs entre les Forces armées libanaises (FAL) et les Forces de défense d&#39Israël (FDI) à travers la Ligne bleue la nuit dernière, dans la région de Maroun Al Ras.

« De telles violations de la résolution 1701 (2006) mettent en danger le calme fragile qui prévaut au Sud-Liban », a rapporté la porte-parole du Secrétaire général, Michèle Montas, lors de son point de presse quotidien, au siège de l'ONU, à New York.

« L'échange de tirs a été ouvert en premier par l'armée libanaise, après qu'un bulldozer de l'armée israélienne est passé derrière la barrière technique, apparemment pour enlever les mines de la zone située entre la barrière technique et la Ligne bleue », a affirmé la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

« Cet échange de feu constitue une violation de la cessation des hostilités telle que définie dans la résolution 1701 (2006) », a affirmé la Mission.

La FINUL s'est déployée dans la zone immédiatement et le Commandant de la Force, le major-général Claude Graziano, de l'Italie, s'est mis en contact avec les deux parties, les exhortant à cesser les hostilités. Vers 23h30, les deux parties ont cessé leurs tirs, a précisé Michèle Montas.

« Le Secrétaire général encourage les parties à recourir au mécanisme de coordination tripartite afin d'éviter des incidents similaires à l'avenir », a dit la porte-parole.

La FINUL a confirmé lundi l'existence d'explosifs cachés le long de la frontière israélienne, mais du côté libanais, sans pouvoir vérifier la date à laquelle ils ont pu y être placés (dépêche du 6.02.07).

La Mission avait lancé cette enquête suite à des allégations de l'armée israélienne concernant la découverte d'explosifs au nord d'Israël. Ces explosifs ont été détruits par l'armée israélienne.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.