Les incidents au Bas-Congo ont fait au moins 134 morts, affirme la MONUC

8 février 2007

Malgré des incidents dans certaines localités de l&#39Est ou encore dans la Province du Bas Congo, aucun événement majeur n&#39est venu remettre en cause la stabilité et la sécurité du pays au cours des sept derniers jours, a annoncé hier la Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) qui a estimé à 134 le nombre de morts causés par les affrontements.

« La Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) condamne fermement tout recours à la violence comme moyen de règlement de conflits et demande à tous d'?uvrer à la restauration de la paix et de s'abstenir de tout acte de nature à aggraver davantage la situation », a souligné le porte-parole adjoint de la Mission, Jean-Tobie Okala, lors d'un point de presse à Kinshasa.

Le porte-parole a demandé « aux autorités élues de s'impliquer dans la résolution durable de cette situation déplorable et aux forces de l'ordre de respecter à la lettre les dispositions légales régissant leurs actions, particulièrement le principe de proportionnalité ».

Le Secrétaire général et le Conseil de sécurité ont appelé hier les forces de sécurité congolaises à respecter ce principe (dépêche du 7.02.07).

« La MONUC encourage tous les acteurs du processus électoral en RD Congo à continuer à faire preuve de la même sagesse et du même sens civique que ceux du peuple congolais », a insisté aujourd'hui son porte-parole.

Jean-Tobie Okala a souligné que la MONUC avait pris acte de l'installation du premier Sénat élu de la RDC le samedi 3 février dernier et qu'elle notait également « avec satisfaction » l'annonce de la formation du premier gouvernement de la IIIe République. « Il s'agit aussi d'une nouvelle étape franchie dans la mise en place des institutions issues des élections », a-t-il déclaré.

« La MONUC et les Nations Unies travailleront étroitement avec le nouveau gouvernement à la consolidation de la paix, de la stabilité et de la prospérité de la République démocratique du Congo », a enfin assuré le porte-parole adjoint.

Le lieutenant-colonel Didier Rancher, porte-parole militaire de la MONUC a quant à lui souligné que les incidents qui se sont déroulés la semaine dernière dans le pays sont « totalement isolés les uns des autres ».

Environ 134 personnes auraient perdu la vie dans les affrontements civils de Matadi et de la Province du Bas Congo. « C'est une véritable tragédie et nous souhaitons que la lumière soit faite ces incident s », a déclaré Didier Rancher, rappelant que la MONUC avait déployé une base mobile opérationnelle (MOB) à Muanda et des troupes à Matadi pour contribuer à stabiliser le Bas Congo.