La RDC toujours fragile, rappelle le chef du maintien de la paix de l&#39ONU

7 février 2007

Lors de consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la RDC, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, a plaidé pour que l&#39ONU garde le cap et ne réduise pas prématurément la taille de la Mission dans le pays.

Dans l'immédiat, le Conseil de sécurité va examiner les conditions d'une reconduction technique de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), mais le Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU (DPKO selon l'acronyme anglais) prépare un rapport sur l'évolution de la Mission dans sa prochaine phase, a annoncé Jean-Marie Guéhenno lors d'une rencontre avec la presse.

imageRetransmission[11mins]

Ce dernier a rapporté que le Conseil de sécurité avait déploré les pertes en vies humaines intervenues récemment lors d'affrontement entre manifestants et forces de sécurité congolaises dans la province du Bas-Congo.

Le Conseil de sécurité a aussi souligné « l'importance d'un processus politique ouvert ».

« Il est très important qu'aucune région du pays ne se sente exclue du processus politique », a dit Jean-Marie Guéhenno.

Ce dernier s'est déclaré « encouragé » de voir que le Conseil de sécurité était conscient du fait que la République démocratique du Congo (RDC) reste dans une situation très fragile, en dépit des énormes progrès accomplis.

« Personne n'aurait imaginé qu'on n'en puisse arriver où l'on est », a-t-il fait observer.

A l'issue des consultations à huis clos, le président du Conseil de sécurité pour le mois de février, l'ambassadeur Peter Burian de la Slovaquie, a salué lors d'une déclaration à la presse « l'annonce, le 5 février 2007, de la formation du nouveau gouvernement de la République démocratique du Congo, dirigé par le Premier ministre Antoine Gizenga ».

Déplorant aussi les affrontements au Bas-Congo « les membres du Conseil de sécurité ont appelé les forces de sécurité, lorsqu'elles s'acquittent de leur responsabilité de maintenir l'ordre public, à veiller au respect des droits de l'homme et à s'abstenir de tout recours excessif à la force ».

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a lancé également un message en ce sens (dépêche du 7.02.07).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.