PAM : les inondations au Burundi menacent deux millions de personnes d&#39une crise alimentaire

6 février 2007

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et des organisations non gouvernementales indiquent aujourd&#39hui que deux millions de personnes touchées par de récentes inondations ont besoin d&#39une aide d&#39urgence jusqu&#39au mois de juin pour éviter une crise alimentaire.

« Si nous n'apportons pas une aide urgente aux plus vulnérables, les conséquences pourraient être dévastatrices pour le redressement du pays, toujours fragilisé par 13 ans de guerre civile », a souligné le directeur du PAM au Burundi, Gerard Van Dijk, dans un communiqué publié depuis la capitale du Burundi, Bujumbura,

Cet avertissement intervient après un appel lancé la semaine dernière par le PAM et des organisations non gouvernementales demandant 132 millions de dollars pour 2007.

Une évaluation menée en janvier par le PAM et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) souligne que les pluies importantes et les inondations ont détruit 50 à 80% des récoltes du mois de novembre ainsi qu'une grande part des récoltes de janvier en haricots, patates douces, maïs, sorgho et riz, dans de nombreuses régions du pays. Le président du Burundi a déclaré 'zones sinistrées' sept des 17 provinces du pays.

L'arrivée tardive de la pluie à la fin de l'année dernière, ajoutée à la maladie du manioc et aux inondations, a eu des effets dévastateurs sur les réserves en nourriture des familles les plus pauvres du Burundi.

Cette situation a réduit de nombreuses personnes à appliquer des stratégies de survie : un seul repas par jour et consommation de « nourriture de famine », feuilles de manioc ou bananes amères. La multiplication des hypothèques sur les terrains, de la vente des biens et des personnes obligées de quitter leurs maisons sont d'autres signes inquiétants annonçant une crise alimentaire majeure imminente.

Le PAM a besoin de toute urgence de 12 millions de dollars pour répondre aux exigences en matière d'aide alimentaire au Burundi jusqu'au mois de juillet. « Les inondations ont touché le pays au pire moment ; même si la paix règne, les conditions de vie restent extrêmement difficiles », a souligné Gerard Van Dijk

« Compte tenu du temps qu'il faut pour acheminer l'aide alimentaire et l'assistance au Burundi, il n'y a pas de temps à perdre ; nous avons besoin de l'aide internationale maintenant, afin de pouvoir venir en aide à la population jusqu'au mois de juin », a-t-il insisté.

Le Burundi continue de panser ses plaies après 13 années de guerre civile qui ont fait plus de 300 000 morts et entraîné le déplacement de plus d'un million de personnes dans la région. Pour l'heure, en 2007, les cinq principaux contributeurs aux opérations du PAM dans le pays sont l'Union européenne, les États-Unis, le Canada, la Belgique, l'Irlande et la Norvège.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.