Le réchauffement climatique sape nos efforts pour lutter contre la pauvreté, affirme Ban Ki-moon

2 février 2007

Dans un message vidéo diffusé à la conférence de Paris sur l&#39environnement, le Secrétaire général a affirmé aujourd&#39hui que le réchauffement climatique sapait les efforts de la communauté internationale pour lutter contre la pauvreté et pouvait aussi « compromettre la paix et la sécurité internationale ».

L'environnement et la question du réchauffement climatique sont une priorité pour moi, a déclaré Ban Ki-moon dans son message, affirmant qu'il s'engageait à faire en sorte que les Nations Unies, à traves notamment le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), aident la communauté internationale à se tourner vers un développement durable.

Mais le réchauffement climatique n'est pas la seule menace pour l'environnement, a-t-il ajouté. « Il y a beaucoup d'autres nuages à l'horizon, notamment les pénuries d'eau et la perte de la biodiversité », a-t-il précisé.

« Le réchauffement climatique sape nos efforts pour lutter contre la pauvreté. Il pourrait aussi compromettre la paix et la sécurité internationale », a déclaré le Secrétaire général.

« La question transcende les frontières. Protéger l'environnement de la planète est largement au-dessus des capacités d'un pays individuel. Seule une action internationale concertée et coordonnée sera suffisante. L'arène naturelle d'une telle action est l'ONU », a-t-il encore estimé.

« Beaucoup doit aussi être fait par les gouvernements, le monde des affaires et la société civile. Le monde a besoin d'un système cohérent pour la gouvernance mondiale de l'environnement. Nous devons investir plus dans les 'technologies vertes' et nous devons adopter des politiques plus adaptées », a-t-il conclu.

« Je suis convaincue que l'Assemblée générale des Nations Unies constitue le forum idéal pour une action concertée de la communauté internationale dans ce domaine vitale », a également estimé sa présidente, Sheikha Haya Al Khalifa.

« C'est d'ailleurs sur cette tâche cruciale que l'Assemblée générale mène actuellement des consultations informelles à New York », a-t-elle expliqué, exhortant les Etats membres à « poursuivre avec encore plus d'ardeur ces consultations enfin d'aboutir à des résultats tangibles ».

« Je forme le v?u que les résultats de la Conférence de Paris alimentent nos futures délibérations, notamment lors de la réunion ministérielle sur l'environnement à Nairobi », a-t-elle ajouté.

La conférence sur la gouvernance mondiale pour l'environnement s'est ouverte lundi à Paris.

Clôturant les travaux des 500 délégués réunis depuis lundi, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC) a publié aujourd'hui son rapport qui constitue la plus grande étude scientifique jamais réalisée sur la question.

Les experts concluent que les modifications de l'atmosphère, les océans, les glaciers et les calottes polaires montrent « sans équivoque » que la planète est en train de se réchauffer et que les activités humaines y contribuent de façon quasi certaine (dépêche du 02.02.07).

Dans une déclaration transmise aujourd'hui à New York par le Bureau du porte-parole, le Secrétaire général a salué « les importantes conclusions» du rapport.

« Le rapport souligne le consensus scientifique concernant l'accélération inquiétante du réchauffement climatique causé par l'homme », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.