HCR : les arrivées de bateaux de passeurs et leur lot de morts reprennent au Yémen

31 janvier 2007

Après une suspension de plusieurs semaines dans le Golfe d&#39Aden, des bateaux clandestins ont à nouveau commencé à atteindre les côtes du Yémen, causant la mort de plusieurs personnes, a annoncé hier l&#39agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Après une suspension de plusieurs semaines dans le Golfe d'Aden, des bateaux clandestins ont à nouveau commencé à atteindre les côtes du Yémen causant la mort de plusieurs personnes, a annoncé hier l'agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Au cours du week-end, un bateau transportant 130 personnes est arrivé dans la région de Jebel-Reidah, près de 100 kilomètres au sud-est de Mayfa'a. au Yémen. Sept personnes ont péri noyées après avoir été contraintes de débarquer en mer dans les eaux profondes, a indiqué Jennifer Pagonis, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), à Genève.

Les corps ont été enterrés par des villageois qui vivent près de la côte. Les survivants ont été transférés au centre d'accueil de Mayfa'a, où ils sont assistés par le HCR, a-t-elle expliqué.

A la fin de la semaine dernière, le HCR a reçu une note des autorités d'Aden en charge de la sécurité et de l'immigration l'informant qu'elles avaient regroupé 136 Somaliens et 96 Ethiopiens à Imran, une ville portuaire près d'Aden. Selon les services de sécurité, les nouveaux arrivants ont été découverts sur l'île d'Al-Azizya, dans la mer Rouge, et transférés par les garde-côtes à Imran, a dit la porte-parole.

« Cela montre bien que les passeurs ont commencé à emprunter de nouvelles routes pour se rendre au Yémen en raison du nombre important de patrouilles de sécurité le long des côtes yéménites », a-t-elle fait remarquer.

Cette évolution fait aussi suite à un incident survenu en décembre dernier et au cours duquel des garde-côtes yéménites ont tenté d'arrêter des passeurs.

Le nouveau point de chute près d'Aden est situé à plusieurs kilomètres du centre d'accueil de Mayfa'a. Depuis la Somalie, le voyage pour Aden dure trois jours, au lieu des 48 heures habituelles.

Il a été indiqué au HCR que tous les nouveaux arrivants somaliens seraient remis à l'UNHCR et transférés au camp de Kharaz, près d'Aden, où ils seront pris en charge. Les 96 Ethiopiens arrivés ont été emmenés à la prison de Mansoura.

Le HCR a demandé à avoir accès à ces hommes et femmes éthiopiens, cela afin de procéder à un premier examen et de s'assurer qu'aucune des personnes appartenant à ce groupe n'ait besoin de protection.

Bien que tous n'en fassent pas la demande, les Somaliens qui atteignent le Yémen bénéficient automatiquement du statut de réfugié car beaucoup fuient le conflit violent qui règne dans leur pays.

Selon le HCR, les Ethiopiens ne sont pas automatiquement considérés comme des réfugiés mais leur cas est étudié individuellement. Il y a actuellement plus de 88 000 réfugiés enregistrés au Yémen, dont 84 000 Somaliens. Plus de 25 800 personnes ont été enregistrées et sont arrivées au Yémen en provenance de la Somalie cette année. Au moins 330 personnes ont péri au cours de ce dangereux voyage, alors que plus de 300 autres personnes sont portées disparues.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.