Darfour : Ban Ki-moon appelle au déploiement &#39urgent&#39 d&#39une force de maintien de la paix

29 janvier 2007

Le Secrétaire général a exhorté aujourd&#39hui à Addis-Abeba le gouvernement soudanais et les milices à mettre fin aux violences et aux bombardements dans la région du Darfour, appelant aussi à la relance du processus politique et au déploiement « urgent » d&#39une force « Nations Unies-Union africaine » sur le terrain.

« Ensemble, nous devons mettre un terme à la politique de violence et de terre brûlée qu'ont adoptée diverses parties, dont les milices, ainsi qu'aux bombardements, qui continuent de semer la terreur au Darfour », a déclaré le Secrétaire général dans un discours prononcé au sommet de l'Union africaine (UA).

Face à « la plus grave crise humanitaire dans le monde », Ban Ki-moon a également souhaité que « les activités humanitaires qui permettent de sauver des vies puissent reprendre ».

« Il faut aussi que nous persuadions les non-signataires de l'accord de paix de se joindre à ceux qui l'ont signé, tout en dégageant le consensus nécessaire pour qu'une force commune ONU-UA soit déployée d'urgence sur le terrain », a-t-il ajouté.

En marge du sommet de l'UA, le Secrétaire général a rencontré aujourd'hui le président soudanais Omar Al-Bashir.

« Nous nous sommes mis d'accord pour accélérer les efforts communs de l'Union africaine et des Nations Unies pour le processus politique et la préparation d'une mission de maintien de la paix, sur la base des accords d'Abuja et d'Addis-Abeba », a-t-il déclaré, dans une déclaration faite à l'issue de sa rencontre.

Dans cette déclaration, Ban Ki-moon a de nouveau fait part de sa « profonde préoccupation » face à « la poursuite de la violence et la détérioration de la situation des droits de l'homme au Darfour ».

« J'ai exhorté le président Al-Bashir, comme j'exhorte toutes les parties, à cesser les hostilités en tant que base essentielle pour le succès du processus de paix et pour l'accès humanitaire », a-t-il affirmé.

Le Secrétaire général a également insisté, une nouvelle fois, sur « l'urgence de relancer le processus politique au Darfour ».

« Dans ce contexte, j'ai informé le président Al-Bashir que je partageais avec Alpha Oumar Konare, président de la Commission de l'Union africaine, l'idée d'envoyer une mission commune de mon Envoyé spécial, Jan Eliasson, et de l'Envoyé spécial de l'Union africaine, Salim Ahmed Salim, à Khartoum et au Darfour, début février, afin de soutenir les efforts de paix. Le président Al-Bashir a salué cette mission », a-t-il expliqué.

« J'ai rappelé ma lettre du 24 janvier qui présentait l'important plan d'appui pour le maintien de la paix convenu avec l'Union africaine. J'espère obtenir une réponse prompte et positive à cette proposition commune. Ceci ouvrira la voie à un déploiement rapide d'une force hybride ONU-Union africaine », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.