Guinée : Louise Arbour appelle à une enquête sur la mort de nombreux manifestants

24 janvier 2007

La Haut Commissaire aux droits de l&#39homme, Louise Arbour, a appelé aujourd&#39hui à la mise en place d&#39une enquête indépendante pour vérifier les allégations selon lesquelles les forces armées gouvernementales auraient tué des dizaines de personnes non armées lors des récentes manifestations en Guinée.

Cet appel vient s'ajouter à un message similaire du Secrétaire général (dépêche du 22.01.07).

Louise Arbour s'est inquiétée du « recours excessif à la force par l'armée et la police guinéenne » lors de récentes manifestations rassemblant quelque 30.000 personnes appelant à la démission du président Lansana Conte, indique un communiqué du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) publié aujourd'hui à Genève.

« Près de 40 personnes auraient été tuées depuis le début de la grève nationale le 10 janvier », rappelle le communiqué.

« La Guinée est partie à plusieurs instruments internationaux dans le domaine des droits de l'homme qui garantissent entre autres le droit à la vie, la liberté d'expression et de rassemblement pacifique », a souligné Louise Arbour.

« Les meurtres doivent faire l'objet d'une enquête rapide et impartiale, et tout responsable d'abus doit être traduit en justice », a-t-elle ajouté.

La Haut Commissaire s'est aussi félicitée de la reprise du dialogue, soulignant qu'en toute hypothèse « il ne devrait y avoir aucune impunité pour les violations des droits de l'homme commises en Guinée ces dernières semaines ».

La Haut Commissaire a transmis ses condoléances aux familles des victimes et sa sympathie à l'égard des blessés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.