Le Secrétaire général présente un bilan de ses dix premiers jours à l&#39ONU

11 janvier 2007

Le nouveau Secrétaire général, Ban Ki-moon, a présenté aujourd&#39hui lors d&#39une conférence de presse à New York un bilan de dix premiers jours « très actifs » à l&#39ONU, réitérant sa priorité à la « remise en ordre » de l&#39Organisation et soulignant ses priorités de l&#39Afrique au Moyen-Orient et du désarmement nucléaire aux Objectifs mondiaux du développement.

« J'ai eu dix jours très actifs » à l'ONU, a déclaré le Secrétaire général, rappelant ses rencontres avec le personnel, et ses nominations aux postes de vice-secrétaire général et de chef de cabinet.

« Trois d'entre eux sont des femmes de pays en développement. Ce sont tous des gens exceptionnels qui doivent être jugés sur leurs mérites », a-t-il estimé.

Ban Ki-moon a mis à profit ses 10 premiers jours pour entamer des consultations par téléphone avec de nombreux ambassadeurs sur les dossiers du Liban, de l'Iraq et de la Somalie.

« Les trois prochains mois promettent d'être encore plus actifs », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a une nouvelle fois réitéré son attachement au rétablissement de la confiance, entre Etats membres et Secrétariat et entre les managers et le personnel à l'ONU.

« Je m'efforcerai de modifier la culture de travail de l'Organisation elle-même », a-t-il redit, avant de mettre l'accent sur la mobilité, la pluridisciplinarité, la responsabilité et la reconnaissance des performances.

Il a indiqué qu'il avait commencé des consultations sur une possible restructuration des départements liés au maintien de la paix et de la sécurité.

« Mais le monde ne s'arrêtera pas pendant que nous mettons de l'ordre » à l'ONU.

Ban Ki-moon a mis l'accent sur l'Afrique, alors que son premier voyage sera pour le sommet de l'Union africaine à Addis Abeba sur les questions du Darfour et Somalie.

Prochaine étape, la République démocratique du Congo (RDC) où l'ONU dispose de la plus grande Mission, dans un pays qui détient la clef de la stabilité de l'Afrique centrale.

Le Secrétaire général soulignera la politique de « tolérance zéro » face aux abus sexuels commis par des casques bleus.

Autre priorité, le Moyen-Orient. « Sur mon chemin vers l'Afrique, je participerai à la conférence sur la reconstruction du Liban à Paris », a-t-il affirmé. Sur la question israélo-palestinienne, j'encourage le Quatuor à se réunir dès que possible, a-t-il ajouté.

Autres dossiers brûlants : l'Afghanistan et l'Iraq, la détermination du statut du Kosovo, le désarmement mondial et le renforcement du régime de non-prolifération nucléaire, notamment sur l'Iran et la Corée du Nord.

« Les menaces à la paix et à la sécurité sont considérables mais ne doivent pas nous détourner des efforts sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Et il nous faut faire bien mieux dans notre mission pour arrêter les changements climatiques », a dit le Secrétaire général.

Enfin, Ban Ki-moon a expressément réitéré sa position sur la question de la peine de mort.

« Je suis convaincu que la vie est précieuse et qu'elle doit être protégée et respectée, et que tous les êtres humains ont le droit de vie dans la dignité », a affirmé le Secrétaire général.

« Le droit international reflète ces valeurs. Je suis conscient de la tendance en droit international et dans la pratique interne des Etats à faire disparaître la peine de mort. J'encourage cette tendance », a-t-il dit.

Par ailleurs, lorsque les Etats prennent des décisions sur cette question, « j'attends qu'ils respectent tous les aspects du droit international humanitaire », a-t-il ajouté, en référence à ses récents appels à suspendre les exécutions en Iraq.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.