OCHA : un nouveau conflit serait catastrophique pour la situation humanitaire en Somalie

21 décembre 2006

La Coordination humanitaire des Nations Unies en Somalie a prévenu contre les conséquences « catastrophiques » du conflit que préparent les Tribunaux islamiques contre l&#39Ethiopie alliée au gouvernement de transition, alors que près de 2 millions de Somaliens doivent déjà faire aux catastrophes naturelles.

« Après une brève interruption hier, les combats ont repris entre les forces alliées au gouvernement fédéral de transition et l'Union des tribunaux islamiques sur deux fronts, à Daynunay et à Idale, aux alentours de Baidoa, siège du gouvernement », indique un communiqué du bureau du Coordonnateur humanitaire des Nations Unies pour la Somalie, Eric Laroche.

On constate de plus en plus de déplacements de civils dans les zones de conflits, bien que les chiffres ne soient pas confirmés, et les hôpitaux signalent un grand nombre de blessés.

« Lancer des combats à un moment où une portion importante de la population lutte déjà pour sa survie est inacceptable », a déclaré Eric Laroche, qui a ajouté « que la stabilité était plus que jamais indispensable pour assurer le succès de l'opération humanitaire ».

« Tous les efforts devraient viser à atténuer les souffrances des Somaliens », a-t-il insisté.

La situation déjà fragile en Somalie est à l'heure actuelle aggravée par les inondations massives, qui ont déplacé quelque 454.500 personnes dans les régions de Juba et de Shabelle.

En août, OCHA estimait déjà qu'outre ces personnes déplacées 1,4 millions de personnes avaient besoin d'une assistance d'urgence.

« Les conséquences d'un nouveau conflit par-dessus la situation actuelle seraient désastreuses », a prévenu Eric Laroche.

« Les Nations Unies et leurs partenaires viennent de lancer un nouvel appel humanitaire. Mais il n'ira pas loin si nous n'avons pas accès aux populations dans le besoin et ni nous ne pouvons pas fournir l'assistance sur le terrain en raison du conflit armé », a-t-il souligné.

Selon les informations parues dans la presse, les chefs des Tribunaux islamiques ont appelé leurs partisans à se considérer comme en état de guerre contre l'Ethiopie, accusée d'avoir envoyé des troupes pour soutenir le gouvernement de transition qui siège à Baidoa.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.