HCR : António Guterres au Tchad cette semaine

20 décembre 2006

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), António Guterres, se rend aujourd&#39hui au Tchad pour une mission de deux jours dans un pays qui s&#39efforce de faire face à la présence de 370 000 réfugiés et déplacés internes ainsi qu&#39à l&#39insécurité grandissante dans la région frontalière avec le Soudan.

António Guterres devrait rencontrer jeudi le président du Tchad à N'Djamena pour évoquer la situation humanitaire de quelque 232 000 réfugiés soudanais du Darfour et 90 000 Tchadiens déplacés dans l'est du Tchad, ainsi que 48 000 autres réfugiés centrafricains dans le sud du pays, a indiqué le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans une conférence de presse donnée hier à Genève.

Le Haut Commissaire se rendra vendredi dans l'est du pays pour rencontrer les réfugiés du Darfour, les Tchadiens récemment déplacés, le personnel du HCR et les autres travailleurs humanitaires qui tentent de faire face à « l'une des crises humanitaires parmi les plus urgentes et les plus difficiles au monde ».

Au cours des trois dernières années, le HCR a établi une douzaine de camps de réfugiés pour des centaines de milliers réfugiés soudanais, établis sur une bande de 600 kilomètres de long dans l'est du Tchad près de la frontière avec le Soudan.

« Depuis le début, cette tâche a été extrêmement difficile à cause de la désolation de la région, le manque de ressources et l'absence d'infrastructures, et les déplacements en cours depuis le Darfour », a rappelé le porte-parole.

« Mais maintenant, nous devons également faire face à la perspective d'une insécurité croissante à l'intérieur même de l'est du Tchad car le conflit du Darfour menace de déstabiliser toute la région », a-t-il ajouté.

Au cours des 12 derniers mois, 90 000 Tchadiens se sont retrouvés déplacés par des groupes armés qui sillonnent la région à cheval ou à dos de chameaux, utilisant la même tactique que les milices Janjawid de l'autre côté de la frontière au Darfour -- massacres des populations, viols des femmes et pillages des villages.

Plus de 70 villages ont été attaqués, brûlés et pillés depuis début novembre.

Fin novembre, le HCR a perdu plus d'un million de dollar de matériel de secours volé dans son principal entrepôt à Abéché après les violences qui ont eu lieu entre les forces gouvernementales et les rebelles.

« La situation sécuritaire est très instable et se détériore encore, ce qui a contraint le HCR à ne travailler qu'avec un groupe très réduit d'employés dans six des 12 camps de réfugiés dans l'est depuis fin novembre, ce qui constitue une préoccupation majeure pour le Haut Commissaire », a encore souligné le porte-parole.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.