Kofi Annan plaide pour le respect des droits fondamentaux des migrants

18 décembre 2006

A l&#39occasion de la Journée mondiale des migrants, le Secrétaire général a rappelé aujourd&#39hui les retombées positives de l&#39immigration et plaidé pour le respect des droits fondamentaux des migrants, de plus en plus victimes de l&#39exploitation et du trafic des êtres humains ainsi que de discrimination et de xénophobie.

« On observe de plus en plus d'exemples concrets de ce que peuvent apporter les migrations. Les quelque 167 milliards de dollars envoyés l'an dernier par les migrants à leur famille, dans le monde en développement, dépassent largement le montant total de l'aide internationale », a rappelé Kofi Annan dans un message transmis par son porte-parole à New York.

« D'autre part, grâce à leurs connaissances et à leur savoir-faire, les migrants contribuent au transfert de technologies, de capitaux et de savoir d'entreprise ou d'organisation. Ils créent une passerelle humaine entre les cultures, entre les économies et entre les sociétés », a-t-il ajouté.

On estime à près de 200 millions le nombre de personnes qui migrent chaque année.

Malheureusement, a poursuivi le Secrétaire général, les migrants sont « de plus en plus nombreux à se faire exploiter et escroquer par des passeurs et des trafiquants, ou à être victimes de discrimination, de xénophobie ou de racisme ».

« La réalité pour la majorité des migrants est l'exploitation, l'exclusion, la discrimination, les abus, la violence. Ils se retrouvent dans l'obligation d'accepter des emplois dangereux avec peu de recours possibles en cas d'abus », a également dénoncé Louise Arbour, Haut Commissaire des Nations Unies pour les droits de l'homme, dans un message transmis à Genève.

« Le crime organisé s'attaque aux migrants irréguliers, les entrainant dans des situations à haut-risque lorsqu'ils traversent les frontières. Les médias sont remplis d'histoires de migrants qui périssent dans la mer, qui suffoquent dans les cargos ou qui sont sujets à des viols ou à des abus alors qu'ils sont en transit », a-t-elle ajouté.

Le dialogue de haut niveau de l'Assemblée générale sur les migrations internationales et le développement qui s'est tenu en septembre a permis de dégager un ensemble de priorités fondamentales partagées par les États membres, a rappelé Kofi Annan.

Il s'agit notamment d'assurer la réalisation des droits fondamentaux des migrants, d'empêcher leur exploitation et le trafic d'êtres humains et d'accroître les retombées positives des migrations internationales sur le développement.

Ce premier dialogue de haut niveau a rassemblé les pays du monde entier au siège de l'ONU à New York pour examiner les nombreux défis et bénéfices que représentent les migrations (dépêche du 14.09.06).

Le Secrétaire général a par ailleurs exhorté tous les Etats membres à signer et ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

La plupart des États n'y ont pas encore adhéré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.