FAO : 20% des races animales menacées d&#39extinction

15 décembre 2006

Alors qu&#39une race disparaît chaque mois, c&#39est à terme près de 20% des races animales qui sont menacées d&#39extinction, affirme aujourd&#39hui l&#39Organisation des Nations Unies pour l&#39alimentation et l&#39agriculture (FAO) dans un rapport sur l&#39Etat des ressources zoogénétiques mondiales qui incrimine en premier lieu la mondialisation des marchés de l&#39élevage.

Alors qu'une race disparaît chaque mois, c'est à terme près de 20% des races animales qui sont menacées d'extinction, affirme aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un rapport sur l'état des ressources zoogénétiques mondiales qui incrimine en premier lieu la mondialisation des marchés de l'élevage.

« Sur plus de 7 600 races figurant dans la base mondiale de données de la FAO sur les ressources génétiques des animaux d'élevage, 190 ont disparu au cours des 15 dernières années et 1 500 autres sont en péril », affirme la FAO dans un communiqué publié à Rome.

« Quelque 60 races de bovins, caprins, porcins, équins et volailles ont disparu au cours des cinq dernières années, selon un rapport provisoire présenté cette semaine à Rome au cours d'une réunion technique à laquelle ont pris part 150 experts de plus de 90 pays ».

Le rapport, l'Etat des ressources zoogénétiques mondiales, est la toute première évaluation mondiale de ces ressources. Il présente un tour d'horizon complet mettant en relief l'importance du secteur de l'élevage au sein de l'agriculture.

Comportant des informations recueillies dans 169 pays, ce rapport sera publié dans sa version finale lors de la première Conférence technique internationale sur les ressources zoogénétiques qui sera accueillie par le gouvernement suisse à Interlaken en septembre 2007.

La Conférence sera appelée à adopter un plan mondial d'action en vue de stopper la perte de ressources zoogénétiques et améliorer leur utilisation durable, leur développement et leur conservation.

L'élevage contribue aux moyens d'existence d'un milliard de personnes dans le monde. Quelque 70% des ruraux pauvres de la planète en tirent leurs principaux moyens d'existence. Il représente, en outre, environ 30% du PIB agricole dans les pays en développement, chiffre qui devrait passer à près de 40% d'ici à 2030.

La mondialisation des marchés de l'élevage est le premier facteur influant sur la diversité des animaux de ferme, selon la FAO.

Alors que les systèmes de production traditionnels nécessitent des animaux polyvalents qui rendent des services et procurent des biens, l'agriculture moderne a mis au point des races spécialisées en optimisant des traits spécifiques de production obtenus au prix d'intrants extérieurs élevés.

Sur plus d'une trentaine d'espèces de mammifères et d'oiseaux d'élevage, seulement 14 assurent 90% des apports alimentaires de source animale.

”Cinq espèces - bovins, ovins, caprins, porcins et volailles- assurent l'essentiel de la production vivrière”, indique Irène Hoffmann, chef du service de production animale de la FAO.

“La sélection des races à rendement élevé se concentre sur les traits de production et tend à sous-estimer les traits fonctionnels ou adaptatifs. Ce processus porte à un rétrécissement de la base génétique aussi bien pour les races commerciales que pour les autres. Ainsi, certaines espèces sont délaissées pour des considérations liées aux exigences du marché.”

Et pourtant, le pool génique animal renferme des ressources précieuses pour la sécurité alimentaire et le développement agricole futurs.

“Conserver la diversité zoogénétique permettra aux générations futures de choisir les stocks ou de développer de nouvelles races pour affronter les problèmes émergents, comme le changement climatique, les maladies et les transformations socio-économiques”, explique José Esquinas-Alcázar, secrétaire de la commission FAO des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.