Les Nations Unies marquent la Journée mondiale de solidarité avec le peuple palestinien

29 novembre 2006

Les Nations Unies ont marqué aujourd&#39hui la Journée mondiale de solidarité avec le peuple palestinien en lançant un appel pour la relance du processus de paix au Moyen-Orient, à travers notamment un message du Secrétaire général et des réunions à l&#39Assemblée générale.

« En cette Journée internationale, prenons l'engagement de donner un nouveau souffle au processus de paix, pour que les objectifs de souveraineté pour la Palestine et de sécurité pour l'État d'Israël soient atteints avant que cette tragédie ne fasse encore de nouvelles victimes », a déclaré Kofi Annan dans un message transmis par son porte-parole à New York.

« Le règlement pacifique du conflit israélo-palestinien reste, hélas, une chimère. Les occasions de faire avancer le processus de paix, qui se sont succédées, sont restées vaines », a-t-il regretté, estimant que l'annonce récente d'un cessez-le-feu à Gaza avait fait apparaître « une lueur d'espoir » et appelant de nouveau les parties à respecter l'engagement pris.

« Il est en effet absolument essentiel de mettre fin à la violence. Les opérations militaires les plus récentes menées dans la bande de Gaza ont entraîné une augmentation spectaculaire du nombre de victimes civiles, des dégâts matériels et la destruction des infrastructures. Il demeure crucial qu'Israël fasse preuve de la plus grande retenue et assume la responsabilité qui lui incombe de protéger les civils palestiniens, conformément au droit international », a affirmé le Secrétaire général.

« Les Israéliens vivent eux aussi dans l'insécurité. Ils ont exigé, à juste titre, que l'Autorité palestinienne prenne des mesures crédibles afin d'empêcher les attaques dirigées contre eux et contre leur territoire. Les tirs de roquettes incessants des militants palestiniens contre des cibles civiles israéliennes sont inacceptables et doivent immédiatement cesser », a-t-il ajouté.

« Les effusions de sang des derniers mois écoulés sont d'autant plus tragiques que nous savons qu'une large majorité de Palestiniens et d'Israéliens souhaitent une solution négociée, prévoyant deux États ? solution qui mettrait fin à l'occupation qui dure depuis 1967, créerait un État palestinien indépendant et garantirait la sécurité d'Israël », a-t-il rappelé.

Kofi Annan a aussi fait remarquer qu'il incombait aux parties de trouver une issue au conflit.

« Personne ne peut faire la paix à leur place, leur imposer la paix ou vouloir la paix plus qu'ils ne la veulent », a-t-il estimé, rappelant que dans le même temps, la communauté internationale avait joué un rôle crucial dans ce conflit depuis son origine et qu'il était donc aussi de sa responsabilité de contribuer à trouver une solution.

Karen Abuzayd, chef de l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA), a également demandé le soutien de la communauté internationale.

« Aujourd'hui, les défis sont plus grands que jamais (?) Tous les aspects de la vie des Palestiniens sont affectés par l'incertitude, l'instabilité de l'économie et le conflit », a-t-elle déclaré dans un message publié à l'occasion de la Journée internationale de solidarité.

Réunie en séance plénière, l'Assemblée générale a examiné la situation dans la région, à travers une série de rapports dont celui du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.

Le Comité a tenu aussi une session spéciale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.