Le Conseil de sécurité condamne le recrutement des enfants dans les conflits armés

29 novembre 2006

Dans une déclaration présidentielle adoptée hier à l&#39issue d&#39un débat, le Conseil de sécurité a de nouveau condamné le recrutement des enfants dans les conflits armés, les meurtres et les mutilations, les viols, les enlèvements, le refus de laisser les enfants bénéficier de l&#39aide humanitaire et les attaques visant des écoles et des hôpitaux.

Saisi du sixième rapport du Secrétaire général sur les enfants et les conflits armés, le Conseil de sécurité a notamment examiné, lors d'une séance publique, les progrès qui ont marqué l'application de sa résolution 1612 (2005).

La résolution 1612 qui marque un tournant dans la lutte pour la protection des enfants a permis de créer un mécanisme de surveillance qui est chargé de signaler les violations graves à l'Équipe spéciale présidée par la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy.

La résolution a aussi crée un Groupe de travail qui se réunit tous les deux mois pour examiner les situations les plus préoccupantes (dépêche du 26.07.06 et communiqué du 26.07.06).

Dans sa déclaration, le Conseil a pris note des premiers rapports du mécanisme de surveillance et salué les travaux effectués par Radhika Coomaraswamy.

Il a aussi salué les travaux effectués par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et les conseillers pour la protection des enfants dans le cadre des opérations de maintien de la paix.

Il s'est félicité en particulier que certaines parties prenantes à des conflits armés coopèrent, notamment avec elle et avec l'UNICEF, dans la mise sur pied de plans d'action pour faire cesser le recrutement d'enfants.

Il a également encouragé son Groupe de travail à poursuivre ses activités et ses recommandations.

Le Conseil s'est par ailleurs félicité des mesures prises par les juridictions pénales nationales, internationales et « mixtes » contre les auteurs présumés de violations graves contre les enfants touchés par les conflits armés.

Il a invité de nouveau les États concernés qui sont touchés par des conflits armés et qui ne participent pas encore à la mise en ?uvre du mécanisme de surveillance à en faire partie.

Le mécanisme est en place dans seulement sept pays.

Le Conseil de sécurité a dressé le bilan de la situation des enfants dans les conflits armés, 10 ans après la publication du rapport de Graça Machel qui constituait le premier constat objectif et en profondeur sur une question considérée jusque-là comme secondaire.

Si les intervenants ont constaté que l'on avait considérablement progressé dans l'appréhension du phénomène et dans l'adoption de textes visant à lutter contre lui, beaucoup restait à faire concrètement sur le terrain pour que cesse cette pratique privant des dizaines de milliers d'enfants de leur enfance, rapporte un communiqué de l'ONU.

Plus de 250 000 enfants dans le monde continuent d'être enrôlés de force comme soldats. Près de 2 millions d'enfants ont été tués et 6 millions blessés au cours des dix dernières années.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.