Ouganda : le Conseil de sécurité appuie les pourparlers de paix avec la LRA

16 novembre 2006

Par la voie d&#39une déclaration présidentielle, le Conseil de sécurité a salué aujourd&#39hui l&#39initiative tendant à mettre fin au conflit qui sévit de longue date dans le nord de l&#39Ouganda, indiquant suivre de près les « pourparlers de Djouba », du nom de la capitale du Sud-Soudan, entre le gouvernement ougandais et l&#39Armée de résistance du Seigneur (LRA).

Le conflit avec l'Armée de résistance du Seigneur (Lord's Resistance Army, LRA), groupe armé connu pour ses activités sanguinaires dans le nord de l'Ouganda, « est à l'origine du déplacement de quelque 2 millions de personnes et de la mort de quelque 100 000 autres dans la région, et a entraîné la mort de huit Casques bleus des Nations Unies », rappelle le Conseil de sécurité dans la déclaration prononcée au nom de ses 15 membres par l'ambassadeur du Pérou, Jorge Voto-Bernales, dont le pays assume la présidence du Conseil au mois de novembre.

Le Conseil a salué « l'accord de cessez-le-feu entré en vigueur le 29 août 2006 et renouvelé le 1er novembre 2006 et souligne que son respect par les deux parties conditionne la paix et la stabilité dans la région

Il a aussi félicité « le gouvernement du Sud-Soudan d'avoir facilité cet accord et d'avoir ?uvré en faveur d'un règlement pacifique et à long terme du conflit et exhorte toutes les parties à s'engager résolument dans la même direction ».

Le gouvernement du Sud-Soudan a offert ses bons offices pour parvenir à mettre un terme au conflit entre le gouvernement ougandais et le groupe armé qui a replié ses forces au Sud-Soudan pour la première fois depuis des années, offrant un répit aux populations du nord de l'Ouganda. Les négociations ont notamment conduit à un de cessation des hostilités signé le 29 août dernier (dépêche du 29.09.06).

Le Conseil a également « exigé » de la LRA qu'elle « libère immédiatement toutes les femmes, tous les enfants et tous les autres non-combattants, comme le prescrit la résolution 1612 (2005) du Conseil sur les enfants et les conflits armés, et que le processus de paix soit mené à son terme rapidement ».

Le Conseil a aussi salué la création d'un comité mixte de suivi par le gouvernement ougandais, chargé de coordonner la mise en ?uvre d'un plan d'action d'urgence qui permettra de résoudre les problèmes d'ordre humanitaire dans le nord de l'Ouganda.

Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, se trouvait hier encore dans la région, au cours d'un voyage qui l'a mené du Sud-Soudan, où il a rencontré le chef de la LRA, Joseph Kony, en Ouganda, où il a rencontré le président Museveni (dépêche du 14.11.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.