Myanmar : la coopération avec les Nations Unies au centre des premiers entretiens du responsable des Affaires politiques

9 novembre 2006
Ibrahim Gambari

Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Ibrahim Gambari, est arrivé aujourd&#39hui au Myanmar pour une visite de quatre jours dans le cadre de la mission de bons offices du Secrétaire général et discuter de la coopération du gouvernement avec les Nations Unies, a annoncé son porte-parole aujourd&#39hui.

Ibrahim Gambari poursuit le dialogue ouvert en mai dernier avec les plus hautes autorités du pays et des parties prenantes de tout l'éventail politique du pays (dépêche du 24.05.06).

Lors de ses rencontres à Yangon aujourd'hui avec les ministres des Affaires étrangères, du Travail et de la Planification, le Secrétaire général adjoint a discuté du renforcement de la coopération entre les Nations Unies et le Myanmar.

Il a souligné la nécessité de parvenir à de véritables progrès dans les domaines qui préoccupent la communauté internationale, c'est-à-dire rendre le processus politique plus transparent et plus ouvert, relâcher les prisonniers politiques, ouvrir l'accès à l'assistance humanitaire et régler la situation dans l'Etat de Kayin.

Selon les informations parues dans la presse, l'armée a procédé à une escalade des opérations anti-insurrectionnelles contre l'Union nationale karen (UNK), dans le Myanmar oriental, conduisant au déplacement de populations et à des violations des droits de l'homme.

Le Secrétaire général adjoint devrait dans les prochains jours avoir accès à toutes les personnes avec lesquelles il s'était entretenu la dernière fois.

Ibrahim Gambari avait effectué une première mission au Myanmar, du 10 au 20 mai, reprenant le dialogue entre le gouvernement birman et les Nations Unies, interrompu pendant deux ans (dépêche du 24.05.06).

Il avait notamment rencontré les membres de la Ligue nationale pour la démocratie pour aborder la question de la Convention nationale, suspendue depuis le mois d'octobre 2005.

Il avait aussi pu s'entretenir avec Aung San Suu Kyi, figure de l'opposition birmane et prix Nobel de la paix. Emprisonnée depuis de nombreuses années, l'opposante au régime n'avait pas eu de contacts avec l'extérieur depuis trois ans.

A la demande des Etats-Unis, le Conseil de sécurité avait décidé en septembre dernier de mettre la situation au Myanmar à son ordre du jour, en raison du danger qu'elle présente pour la sécurité internationale (dépêche du 15.09.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.