Le rapport annuel du PNUD met l&#39accent sur la crise mondiale de l&#39eau et de l&#39assainissement

9 novembre 2006

Lancé aujourd&#39hui au Cap, le Rapport mondial sur le développement humain 2006 exhorte la communauté internationale à adopter de toute urgence un plan d&#39action, sous le leadership du G8, pour résoudre la crise de l&#39eau et de l&#39assainissement, responsable de la mort de 2 millions d&#39enfants chaque année.

Dans une grande partie du monde en développement, l'eau insalubre menace bien plus la sécurité humaine que les conflits violents, affirme le Rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), intitulé cette année « Au-delà de la pénurie : pouvoir, pauvreté et crise mondiale de l'eau ».

Chaque année, 1,8 million d'enfants meurent de diarrhée - une situation qui pourrait être évitée en donnant à chacun accès à l'eau potable et à des toilettes, souligne un communiqué publié au Cap en Afrique du Sud.

Près de la moitié de toutes les personnes qui vivent dans les pays en développement souffrent à un moment donné d'un problème de santé dû au manque d'accès à l'eau et à l'assainissement.

Par ailleurs, 443 millions de jours de scolarité sont perdus chaque année en raison de maladies véhiculées par l'eau. Outre ces coûts humains, la crise de l'eau et de l'assainissement freine la croissance économique. L'Afrique subsaharienne perd de cette manière 5 % de son PIB annuel - bien davantage que l'aide perçue par la région.

Pourtant, contrairement aux guerres et aux catastrophes naturelles, cette crise mondiale ne suscite pas d'action internationale concertée, déplore le Rapport.

« Comme la faim, c'est un fléau silencieux qui frappe les pauvres tout en restant toléré par ceux qui possèdent les ressources, les technologies et le pouvoir politique nécessaires pour y mettre fin », souligne le communiqué.

« Il incombe aux gouvernements nationaux de mettre au point des plans et stratégies crédibles pour résoudre la crise de l'eau et de l'assainissement. Mais nous avons également besoin d'un plan d'action mondial - bénéficiant d'un soutien actif de la part des pays du G8 - afin de concentrer les efforts internationaux épars visant à mobiliser des ressources et à dynamiser l'action politique, de sorte que l'on mette la question de l'eau et de l'assainissement au coeur des priorités et préoccupations du développement », a déclaré Kevin Watkins, rédacteur en chef du Rapport.

Le plan d'action servirait de « mécanisme virtuel », précise le Rapport, citant le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, géré par un petit secrétariat à la bureaucratie minimale, comme point de référence utile.

« J'appuie entièrement l'appel à la mise en oeuvre d'un plan d'action mondial pour résoudre la crise croissante de l'eau et de l'assainissement », a soutenu l'administrateur du PNUD, Kemal Derviş.

Le Rapport demande que soit établi le droit fondamental de tout être humain à disposer d'au moins 20 litres d'eau potable par jour.

Tandis qu'un citoyen britannique ou américain envoie quotidiennement 50 litres d'eau aux égouts rien qu'en tirant la chasse d'eau, de nombreuses personnes démunies survivent avec moins de 5 litres d'eau polluée par jour, estiment les experts.

Les auteurs appellent aussi les gouvernements à consacrer au moins 1 % du PIB à l'eau et à l'assainissement qui pâtissent d'un sous-financement chronique.

Les dépenses publiques dans ce domaine sont inférieures à 0,5 % du PIB et dérisoires au regard des dépenses militaires. En Éthiopie, par exemple, le budget militaire représente 10 fois le budget alloué à l'eau et à l'assainissement - et 47 fois au Pakistan.

Le Rapport recommande enfin d'augmenter l'aide internationale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.