Le PNUE lance une campagne visant à planter un milliard d&#39arbres en 2007

8 novembre 2006

Une campagne visant à planter un milliard d&#39arbres dans le monde en 2007 a été lancée aujourd&#39hui, sous l&#39égide du Programme des Nations Unies pour l&#39environnement (PNUE), pour encourager toutes les sphères de la société, du simple citoyen à l&#39entreprise philanthropique, à prendre des mesures pratiques pour combattre le changement climatique.

Une campagne visant à planter un milliard d'arbres dans le monde en 2007 a été lancée aujourd'hui, sous l'égide du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), pour encourager toutes les sphères de la société, du simple citoyen à l'entreprise philanthropique pour combattre le changement climatique.

« Plantons pour la planète : une campagne pour un milliard d'arbres » a été lancée durant la Conférence des États parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s'est ouverte lundi au Kenya, indique un communiqué du PNUE publié à Nairobi.

Cette Conférence qui se terminera le 17 novembre constitue aussi la deuxième réunion des États parties au Protocole de Kyoto.

Pendant dix jours, les débats porteront pour l'essentiel sur la nécessité de prendre des mesures permettant de s'adapter aux changements climatiques, ainsi que sur les pourparlers en vue de l'après Protocole de Kyoto qui expire en 2012.

« Les négociations intergouvernementales sur le changement climatique ont tendance à être difficiles, trop longues et souvent frustrantes (...) Aussi, l'action ne doit pas se borner aux coulisses des négociations. La campagne, qui vise à planter au moins un milliard d'arbres en 2007, offre à toutes les sphères de la société un moyen de participer à la lutte contre le changement climatique », a déclaré le directeur du PNUE, Achim Steiner.

« En réhabilitant des forêts disparues et en en plantant de nouvelles, nous cherchons également des solutions à d'autres menaces dont la perte de biodiversité, les réserves d'eau en péril, l'avancée des déserts et l'érosion des sols », a-t-il ajouté.

Cette campagne mondiale bénéficie du soutien de prince Albert de Monaco, du Centre mondial d'agroforestrie (ICRAF) et de Wangari Maathai, lauréate du prix Nobel de la paix et fondatrice du « Green Belt Movement », un mouvement écologiste panafricain basé au Kenya.

« Lorsque nous plantons des arbres, Wangari Maathai, parfois les gens me disent : 'je ne veux pas planter cet arbre, parce qu'il ne poussera pas assez vite'. Je dois leur rappeler sans cesse que les arbres qu'ils coupent aujourd'hui n'ont pas été plantés par eux, mais par leurs ancêtres. Ils doivent donc planter des arbres qui bénéficieront aux communautés à l'avenir ».

L'initiative vise à montrer l'importance d'un engagement bénévole et collectif pour lutter contre les changements climatiques aussi bien dans les pays industrialisés que dans les pays en développement.

Il s'agit aussi de montrer aux instances politiques que l'inaction n'est plus de mise et que l'action permet de contrer les effets nocifs des émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, principalement le dioxyde de carbone (CO2), responsables du réchauffement climatique.

« Planter un arbre dans un jardin, dans un parc, à la campagne, en forêt, est un acte tout simple à la portée de tout un chacun. Mais cette action répétée un milliard de fois laissera une empreinte à long terme », souligne le communiqué.

« D'autres petits gestes, comme l'utilisation limitée de nos voitures, éteindre la lumière quand on quitte une salle ou éteindre un appareil plutôt que de le mettre en veille, ont un impact tout aussi certain », ajoute le PNUE.

Au Royaume-Uni, par exemple, on estime que si chacun éteignait son téléviseur et ses autres appareils électroniques plutôt que de les mettre en veille, on économiserait assez d'électricité pour alimenter près de trois millions de foyers pendant une année entière.

En l'espace d'une année, un arbre de grandeur moyenne absorbe douze kilos de gaz carbonique et rejette suffisamment d'oxygène nécessaire à une famille de quatre personnes en une année.

Un hectare d'arbre peut absorber jusqu'à six tonnes de CO2 par an.

Un vol long courrier produit 3,75 tonnes de CO2 ou une tonne de carbone.

Le réchauffement climatique aura des conséquences sur l'agriculture et des retombées directes sur les disponibilités alimentaires futures, entraînant des difficultés croissantes pour nourrir la population mondiale, a prévenu hier l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) (dépêche du 07.11.06).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.