Gambie : le HCR s&#39inquiète de nouvelles arrivées de réfugiés sénégalais

31 octobre 2006

Des réfugiés originaires de la région de Casamance dans le sud du Sénégal continuent d&#39arriver dans les villages gambiens le long de la frontière, portant à plus de 6 200 le nombre de Sénégalais réfugiés en Gambie, s&#39est inquiété aujourd&#39hui le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Plus de 800 réfugiés ont franchi la frontière entre le Sénégal et la Gambie pendant la seconde quinzaine d'octobre, a indiqué Jennifer Pagonis, porte-parole du HCR lors d'une conférence de presse donnée à Genève.

La région de la Casamance, située également au sud de la Gambie, a connu des combats sporadiques entre les forces armées sénégalaises et le Mouvement séparatiste des Forces Démocratiques de Casamance (MFDC) depuis 1982. La dernière vague de déplacement qui a commencé au mois d'août s'est accélérée récemment avec un regain de tension dans la région.

Les réfugiés sénégalais sont actuellement installés dans 46 villages de la région gambienne de Sibanor, à environ 90 kilomètres à l'est de la capitale, Banjul. Ils demeurent dans des familles d'accueil ou chez des personnes de même culture et même langue, rapporte le HCR.

Cependant, les capacités d'accueil deviennent de plus en plus réduites. En août, les autorités locales en Gambie ont été obligées d'ouvrir deux bâtiments publics ? une école locale et un centre de formation ? pour héberger les réfugiés car il n'y avait plus de maison ou de lieux d'accueil disponible, s'inquiète l'agence.

Selon les informations recueillies par les employés du HCR, la plupart des réfugiés sont jeunes et d'origine rurale. Un peu plus de la moitié (52 %) sont des femmes. 20 % des réfugiés sont des enfants de moins de 5 ans, alors que 8% ont 60 ans ou plus.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.