Liban : la FINUL inquiète face aux violations de l&#39espace aérien par l&#39armée israélienne

25 octobre 2006

Le chef de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban Alain Pellegrini a exprimé aujourd&#39hui sa préoccupation face au nombre croissant de violations de l&#39espace aérien au sud du Liban par des avions israéliens – neuf dans les journées de lundi et mardi.

« Presque tous les bataillons de la FINUL ont rapporté des violations de l'espace aérien dans leur zone d'opérations », a affirmé le major-général Alain Pellegrini.

La zone d'opérations de la FINUL s'étend au Sud du Liban, du fleuve Litani à la Ligne bleue qui marque la frontière approuvée par l'ONU avec le nord d'Israël.

« Toutes les parties sur le terrain ont intérêt à respecter la lettre et l'esprit de résolution 1701 (2006) », a dit le chef de la Mission.

Alain Pellegrini a déjà dit lors d'une conférence de presse à New York que ces violations de l'espace aérien « étaient inacceptables et source de préoccupation » et qu'elles étaient « clairement considérées comme des violations de la résolution 1701 » (dépêche du 19.10.06).

« Elles sont rapportées immédiatement au Secrétaire général et font l'objet de protestations auprès de l'armée israélienne (?) Pour l'instant nous n'avons pas d'autre moyen d'y faire face que le dialogue et la voie diplomatique », avait-t-il expliqué.

Il a aussi laissé entendre que « le contingent français avait des missiles antiaériens déployés, mais qu'ils avaient une fonction d'auto-défense », par mesure de précaution.

Présente également à New York la semaine dernière, la ministre de la Défense de la France, Michèle Alliot-Marie, avait considéré ces survols par Israël comme « extrêmement dangereux », en ce qu'ils pourraient être vus, selon elle, comme « hostiles » par les « forces de la coalition » qui pourraient répliquer « dans le cadre de la légitime défense » et « servir de prétexte à certains » pour ne pas respecter la résolution 1701.

Par ailleurs, la FINUL a mené aujourd'hui des exercices amphibies avec la marine libanaise entre Beyrouth et Tyr hier et aujourd'hui, a rapporté le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point de presse, au siège de l'ONU à New York.

Cet exercice permet à la Mission d'explorer diverses options pour ravitailler le Sud-Liban si les routes à destination de sa zone d'opération sont détruites.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.