Tuberculose : l&#39OMS appelle l&#39industrie pharmaceutique à investir plus dans des outils de diagnostics

25 octobre 2006

La plupart des personnes atteintes de tuberculose dans le monde, ou qui vivent dans des zones à risque, n&#39ont pas accès à un dépistage rapide et précis, déplore aujourd&#39hui l&#39Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport qui appelle l&#39industrie pharmaceutique à investir dans des outils de diagnostic destinés aux pays à revenu faible ou intermédiaire.

Intitulé « Diagnostic de la Tuberculose, Demande mondiale et marché potentiel » et considéré comme l'examen le plus complet du marché du diagnostic de la tuberculose réalisé ce jour, le rapport indique que « des tests améliorés pourraient stimuler les efforts de lutte contre la tuberculose et répondre à une demande importante du marché ».

« Malgré un milliard de dollars dépensé chaque année dans le monde pour dépister la tuberculose, des millions de cas passent inaperçus dans les pays en développement », déplore un communiqué de l'OMS publié à Genève.

« Un marché mondial important et largement inexploité existe pour des tests de dépistage de la tuberculose plus efficaces et plus abordables dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où se produisent actuellement la plupart des cas de tuberculoses », explique l'OMS.

Un tiers de la population mondiale est atteinte de tuberculose « latente » et court le risque de voir la maladie devenir « active » et chaque année, 1,7 million de personnes meurent de tuberculose, souvent parce que l'infection n'a pas été diagnostiquée, ou alors trop tard pour être traitée, rappelle l'agence.

« La menace de la tuberculose et du VIH continue à croître dans de nombreuses parties du monde et les gouvernements ont besoin de méthodes de diagnostic de haute qualité pour faire face à cette épidémie », a expliqué Robert Ridley, directeur du Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales (OMS/TDR).

« Nous avons besoin de tests simples pour dépister et identifier une tuberculose active. Il faut aussi de nouveaux tests pour suivre les effets du traitement, pour identifier une éventuelle résistance de la bactérie aux médicaments et pour détecter les infections latentes chez les patients qui risquent le plus d'évoluer vers une tuberculose active » a-t-il ajouté.

Sur les quelque 9 millions de personnes qui développent une tuberculose active chaque année, la plupart ne reçoivent toujours pas de diagnostic confirmé par un laboratoire.

Seuls 2.2 millions de cas de tuberculose sont diagnostiqués et enregistrés annuellement par examen microscopique de frottis, le test le plus largement répandu. D'autres cas sont diagnostiqués au moyen d'une combinaison souvent inefficace et parfois inutile de radiographie thoracique, de cultures bactériennes et de conjecture.

Le marché mondial du diagnostic de la tuberculose représente deux fois celui des médicaments utilisés pour traiter la maladie. On dépense environ 1 milliard de dollars par an dans le monde en tests et en évaluation permettant de dépister quelque 10 millions de personnes, alors qu'environ 300 millions de dollars sont consacrés aux médicaments destinés au traitement, estime le rapport.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.