HCR : plus de 750 000 Iraquiens déplacés depuis la chute de Saddam Hussein

20 octobre 2006

Le nombre d&#39Iraquiens déplacés à l&#39intérieur du pays depuis le début de la guerre en Iraq en mars 2003 est estimé à 754 000 – dont 365 000 d&#39entre eux après l&#39attentat contre la Mosquée de Samara en février 2006 qui a marqué une importante augmentation de la violence sectaire, a annoncé aujourd&#39hui l&#39agence des Nations Unies pour les réfugiés.

« Nous restons extrêmement préoccupé par la rapidité avec laquelle la situation se dégrade en Iraq et sur la poursuite des déplacements, tant à l'intérieur de l'Iraq qu'à l'extérieur », a affirmé le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) Ron Redmond, lors de sa conférence de presse donnée à Genève.

Les chiffres des autorités iraquiennes indiquent que plus de 1,5 million de personnes sont actuellement déplacées à l'intérieur de l'Iraq - 800 000 ont fui leurs maisons avant 2003 et 754 000 après.

Plus de 1,6 million d'Iraquiens se trouvent dans d'autres pays de la région, principalement en Jordanie et en Syrie.

Plusieurs d'entre eux sont hors d'Iraq depuis une décennie voire plus, mais quelque 40 000 Iraquiens arrivent en Syrie chaque mois, précise l'agence des Nations Unies.

En réponse à une question, le porte-parole a indiqué que le HCR n'avait pas été témoin « d'une augmentation d'arrivée et d'enregistrement d'Iraquiens chrétiens dans les pays voisins ».

En Syrie, la proportion d'Iraquiens chrétiens qui ont été enregistrés par le HCR au cours des six derniers mois a diminué. Actuellement, près de 24 % de l'ensemble des 38 000 Iraquiens enregistrés en Syrie sont des Iraquiens chrétiens. Entre octobre 2003 et mars 2005, la proportion était plus importante, elle représentait près de 36 % des 15 855 Iraquiens qui étaient enregistrés à cette époque, précise l'agence.

Toutefois, il est à noter que la plupart des déplacés iraquiens vivant à l'étranger ne sont pas enregistrés auprès de nous et nous n'avons ainsi pas de données précises sur la composition ethnique et religieuse de cette population, a ajouté le porte-parole.

Le HCR s'était dit, vendredi dernier, de plus en plus inquiet face aux dizaines de milliers d'Iraquiens qui fuient désormais leurs foyers chaque mois pour se réfugier ailleurs, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Iraq, dans un exode qualifié de « régulier et silencieux » (dépêche du 13.10.06).

Le HCR a par ailleurs indiqué qu'une attaque au mortier avait visé des Palestiniens à Bagdad.

« Nous avons appris qu'un tir de mortier s'est produit la nuit dernière au sein de la communauté palestinienne de Al Baladiya à Bagdad, entraînant la mort de quatre Palestiniens, une douzaine de personnes blessées et plusieurs déplacés. Certains des blessés sont dans un état grave. Des ambulances qui tentaient de joindre la zone juste après l'attaque ont été déviées par la milice armée », a rapporté le porte-parole.

A maintes reprises, le HCR a exprimé ses préoccupations quant aux menaces dont font l'objet des milliers de réfugiés palestiniens présents à Bagdad et le long de la frontière avec la Syrie et la Jordanie, a-t-il souligné.

En 2003, le HCR a enregistré 23 000 des 34 000 Palestiniens estimés présents en Iraq. Près de 20 000 d'entre eux seraient encore dans le pays.

« Ils n'ont pas eu d'autres choix, et nous sommes préoccupés par le sort de ceux qui sont restés, auxquels nous ne pouvons assurer une protection. Il est de la responsabilité du gouvernement iraquien et des forces de la coalition d'apporter la protection nécessaire, particulièrement aux réfugiés en Iraq qui ne peuvent bénéficier de protection dans d'autres pays », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.